posts de avril 2007


30 avril – Sophie Chauveau

30 avril - Sophie Chauveau dans Femme : Citations 07-04-29-femme-02--257x300
… ni vénale ni achetable,
je me donnerai à qui saura m’aimer
sans chercher à s’approprier autre chose
que ce que je veux lui offrir.
Sophie Chaveau

Blog-notes : 29 avril, jour de fête et d’orage

Lu : La décision chrétienne de trouver le monde laid et mauvais a rendu le monde laid et mauvais. Friedrich Nietzsche

Et cela est valable pour beaucoup de religions.

Puisque tes jours ne t’ont laissé
Qu’un peu de cendre dans la bouche,
Avant qu’on ne tende la couche
Où ton cœur dorme, enfin glacé,
Retourne, comme au temps passé,
Cueillir, près de la dune instable,
Le lys qu’y courbe un souffle amer,
— Et grave ces mots sur le sable :
Le rêve de l’homme est semblable
Aux illusions de la mer.
Paul-Jean Toulet

J’ignorais tout de lui jusqu’à ce soir : grave lacune.

 

Blog-note : 19 avril

Blog-note : 19 avril dans Dire 07-04-19-montagne-

Samedi dernier j’avais un repas de famille. J’ai dû supporter après une dure journée de travail, la compagnie de gens sans intérêt, pour ne pas utiliser des mots crus. Avant, je faisais, l’effort de m’intéresser à tout ceux que je rencontrais, maintenant c’est fini : je choisis. Je veux des gens riches intérieurement. Samedi soir j’ai à nouveau un repas, cette fois-ci, avec les collègues dans une restaurant. Je le redoute plus que je ne l’attends. Si Db avec ses grands yeux bleus ne m’avait demandé de venir, j’aurais refusé. Mais… Je crains le pire.

Mon régime sans café ni thé tient toujours. Je suis assez content.

Blog-notes : 18 avril, théâtre

J’étais le premier à la salle à 8h30. J’ai de grandes difficultés à retenir mon texte. Mes camarades par-contre y arrivent bien. S. (Clément) malade était absent. C. (le garde) m’a apporté les relevés des registres paroissiaux de S-H de 1568 à 1793. M-L était satisfaite de la répétition. L’échéance approche et le trac monte.

Rien d’autre à retenir de cette journée. Il faudrait que j’essaie d’en dégager chaque quelque chose de positif : mais il n’y a rien. C’est le vide.

18 avril, ensoleillé

070518bergeronnette.jpg
Humeur :
Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

C’est à cette chanson de Dutronc que me font penser certains ministres fraîchement nommés.

Entendu : J. est allée hier avec son copain voir une compétition de moto-cross. Il pleuvait. Et elle m’a dit :  » Je suis revenue toute gaugée  » en me montrant son genoux pour me faire voir à quelle hauteur était mouillé son pantalon.
Elle m’a dit aussi :  » La semaine prochaine je ne suis pas là. Tu iras remonter le moral à Db. Tu l’as laisseras pas seule. Elle s’inquiète déjà la pauvre. »

Vu : Dans la pelouse devant la maison vient une bergeronnette. Elle circule sur l’herbe fraîchement coupée en faisant des petits sauts pour attraper des moustiques.

Blog : Deux messages ce soir en ouvrant le blog ! Mais des vrais ! C’est-à-dire qui s’adressent vraiment à moi et pas laissés pour faire bien. Bambou et Cathy. Je vous embrasse… les mains à toutes les deux. Merci ! Mais… parce qu’il y a deux mais !

Bambou : J’ai lu ton article hier ! Mais… comme le deuxième commentaire était de Fab il m’était impossible de surenchérir sur lui, sans m’immiscer dans votre intimité !

Cathy : Hier j’ai lu deux fois ta pièce de théâtre. A ce sujet après réflexion : as-tu vécu dans ces conditions-là ? Ne serait-elle pas trop « philosophique  » ? que font tes acteurs sur la scène pendant que ALice et Eric parlent ?

Mes commentaires : chez Cathy : Petite question comme ça en passant : on est avec sa solitude ou dans sa solitude ? Moi je suis pour la deuxième formule ! Et toi Cathy ?

chez Manou : La solitude, c’est aussi de savoir, que vous ne pourrez plus jamais, attraper au vol le petit oiseau chaud et doux, qu’étais dans la votre, la main de celle qui vous aimait…

16) 17 avril 2007

Désir d’une solitude qui me permettrait de m’émanciper de l’influence de mon entourage et de me retrouver avec moi-même pour savoir vraiment qui je suis.

Blog-note : 15 avril, reprise

Blog-note : 15 avril, reprise dans Dire 57-069-cerisiers--300x225

Cette après-midi, très forte pluie avec de la grêle. Un collègue m’a fait penser à ce poème japonais lorsqu’il m’a dit : “J’avais de beaux cerisiers. C’est cuit ! “.

O pluie de printemps
Ne tombe pas si fort ;
Les fleurs du cerisier,
Je ne les ai pas vues encore
Si tu les faisais tomber, quel regret !

Anonymes (VIIIe siècle)

Blog-note : 13 avril 2007

Ce matin nous nous sommes rencontré à notre arrivée aux vestiaires simplement. Dans la matinée elle m’a demandé de l’aide. Quel incroyable plaisir que d’être avec elle et de la voir bougée. C’est un spectacle pour moi. Mais j’ai évité toute conversation avec elle, parce que j’ai toujours cette boule au ventre quand je suis avec elle et une envie terrible de la prendre dans mes bras.

En fin de journée énorme passage à vide comme hier, accompagné d’idées noires, pourtant je n’ai pas bu de café depuis 16 jours.

22 germinal 215

070412nus3.jpg

Blog-notes : 11 avril – Mémento 12

Blog-notes : 11 avril - Mémento 12 dans Dire 07-04-11-carnet--195x300Il est en permanence dans la poche arrière de mon pantalon. Petit carnet de 96 pages (80g) broché, sa couverture rouge s’est assouplie avec le temps. Il est le douzième. Je note à l’intérieur les idées que j’estime devoir conserver. Ainsi mes collègues et mon entourage ont prit l’habitude de me voire m’arrêter et griffonner sur un coin de table, ou le moindre support plat durant quelque secondes. Il arrive mais très rarement que l’on me demande ce qu’il contient. Il n’y a que Titou pour carrément le sortir de ma poche et faire semblant de le lire. Il contient tout un tas de petit papier, notes de courses, emballage de sucre, et autres pense-bêtes. C’est lui qui contient les ébauches de mes articles.

Blog-notes : 11 avril, théâtre…

Blog-notes : 11 avril, théâtre... dans Dire 07-04-11-masque--273x300…du soir : Nous avons fait du bon travail à la répétition. M-L voudrait que dans la première scène les acteurs soient plus en mouvement. Elle veut aussi que dans la deuxième l’excitation de mon personnage face contraste avec le calme des deux conseillers. Le texte n’est pas encore su correctement par tout le monde, à commencer par moi. Il n’y a pas eu de crise de fou-rire comme la dernière fois. J’ai repris confiance en ce rôle, je cerne mieux mon personnage.

…du matin : A notre arrivée quand je lui fais la bise je constate qu’elle a changé de parfum. Comme je lui en fais la remarque elle me répond :  » Il y a longtemps. J’en avais plus.  » C’est quoi longtemps pour elle ?

Ce matin de loin, Db m’a dit :

- J’ai toujours la même tête ? (j’ignore pourquoi elle me demandait cela)

- T’es belle c’est tout !

- Pas aujourd’hui !

- Si mais tu ne le vois pas. »

Voilà nos premiers mots depuis mercredi dernier.

Plus tard je lui ai demandé un petit service. Je vois qu’elle regrette que je vienne plus vers elle. La conversation est forcément partit. Bien que nous soyons dérangé régulièrement elle a eut du mal à s’en allé.. Je le sentais. Elle m’a parlé de ses problèmes. J’adore son rire, son visage ses yeux… J’éprouve un vrai plaisir à la regarder.

Mon régime tient toujours.

Blog-notes : 10 avril 2007, sourire

Blog-notes : 10 avril 2007, sourire dans Dire 59-135-sourires--262x300Journée banale de reprise. Nous nous sommes croisés plusieurs fois mais mis à part ses magnifiques sourires nous n’avons rien échangé.

Elle doit avoir quelques difficultés pour acheter son appartement.e suis assez fier de moi : je n’ai toujours pas repris de café ni de thé depuis une semaine. Je sens lentement l’énergie revenir.

Le petit + : En passant dans un rayon j’ai aperçu une jeune asiatique qui ne parvenait pas à atteindre le haut du rayon. Je suis allé chercher un tabouret et j’ai eu droit à un sourire éclatant.

Blog-notes : 9 avril 2007

Ce matin plus que des idées noires. L’impression de perdre totalement ma vie. De vivre ce que je veux pas, avec des gens qui ne m’intéressent pas ou dont j’ai fais le tour. Avec en plus cette strophe de Barbara :

Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

et la musique en plus.

On m’a dit hier que j’étais beau mais presque comme un reproche. Je ne le pense pas. Mais cette ” beauté ” ne m’a jamais apporté de bon que la jalousie des mecs et je n’y suis pour rien si ce n’est un minimum de surveillance de mon physique. Mais le regard des femmes est toujours comme le frôlement d’une aile de papillon.

Je tiens toujours mon régime sans café et sans thé. Mais cela n’a pas l’effet escomptée : la diminution de ma sensibilité.

17h

Petite promenade chez maman. Elle n’était pas là. Ce chemin que j’ai fais quatre fois par jour pour aller à l’école je ne le prends jamais sans un petit pincement au cœur. Il a tant changé. Je le connaissais jusque dans ses moindres recoins. Maintenant il est bordé de nouvelles maisons, qui l’ont tellement changé.

il suffirait de presque rien

Serge Reggiani57-46 flandrin02.jpg

Paroles : Gérard Bourgeois

musique : Jean-Max Rivière

Il suffirait de presque rien
Peut-être dix années de moins
Pour que je te dise “je t’aime”
Que je te prenne par la main
Pour t’emmener à Saint-Germain
T’offrir un autre café-crème

Mais pourquoi faire du cinéma,
Fillette, allons, regarde-moi
Et vois les rides qui nous séparent
À quoi bon jouer la comédie
Du vieil amant qui rajeunit
Toi-même ferais semblant d’y croire

Vraiment, de quoi aurions-nous l’air
J’entends déjà les commentaires:
“Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire,
Elle au printemps, lui en hiver?”

Il suffirait de presque rien
Pourtant personne, tu le sais bien,
Ne repasse par sa jeunesse
Ne sois pas stupide et comprends
Si j’avais comme toi vingt ans
Je te couvrirais de promesses

Allons… bon, voilà ton sourire
Qui tourne à l’eau et qui chavire
Je ne veux pas que tu sois triste
Imagine ta vie demain
Tout à côté d’un clown en train
De faire son dernier tour de piste

Vraiment, de quoi aurais-tu l’air
J’entends déjà les commentaires:
“Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire,
Elle au printemps, lui en hiver?”

C’est un autre que moi demain
Qui t’emmènera à Saint-Germain
Prendre le premier café-crème
Il suffisait de presque rien
Peut-être dix années de moins
Pour que je te dise “je t’aime”

Comme cette chanson traduit bien mon état d’esprit depuis déjà quelque temps !

Blog-notes : 6 avril

Blog-notes : 6 avril dans Dire 59-129-neige--206x300

Cette vie, vide de sens et d’avenir, vide de projets et d’ambition qui se poursuit telle qu’elle a commencée et qui ne m’a apportée que que ce je ne voulais pas, que me réserve-t-elle ? Que peut-elle encore m’apporter? Ai-je encore assez d’anthousiasme pour accueillir ce que je désirais si fort il n’y à pas si longtemps ?

Antonio Machado : Le Chemin

Antonio Machado : Le Chemin dans Poésie 59-129-machado--300x199

Jamais je n’ai cherché la gloire
Ni voulu dans la mémoire
des hommes
Laisser mes chansons
Mais j’aime les mondes subtiles
Aériens et délicats
Comme des bulles de savon.

J’aime les voir s’envoler,
Se colorer de soleil et de pourpre,
Voler sous le ciel bleu, subitement trembler,
Puis éclater.

A demander ce que tu sais
Tu ne dois pas perdre ton temps
Et à des questions sans réponse
Qui donc pourrait te répondre?

Chantez en cœur avec moi:
Savoir ? Nous ne savons rien
Venus d’une mer de mystère
Vers une mer inconnue nous allons
Et entre les deux mystères
Règne la grave énigme
Une clef inconnue ferme les trois coffres
Le savant n’enseigne rien, lumière n’éclaire pas
Que disent les mots?
Et que dit l’eau du rocher?

Voyageur, le chemin
C’est les traces de tes pas
C’est tout; voyageur,
il n’y a pas de chemin,
Le chemin se fait en marchant
Le chemin se fait en marchant
Et quand tu regardes en arrière
Tu vois le sentier que jamais
Tu ne dois à nouveau fouler
Voyageur! Il n’y a pas de chemins
Rien que des sillages sur la mer.

Tout passe et tout demeure
Mais notre affaire est de passer
De passer en traçant
Des chemins

Blog-notes : 4 avril pluvieux et froid.

Blog-notes : 4 avril pluvieux et froid. dans Dire 59-128-gouttedeau-

Deuxième journée sans café ni thé. Mon état s’améliore. Je récupère.

Pas de jour sans quelque chose sur Db. Aujourd’hui comme elle me disait sa énième résolution de ne pas lui répondre je lui ai dit : » C’est dur de se détacher du charme de quelqu’un. « Je parlais autant pour moi que pour elle. L’étrange impression de sentir son parfum lorsque je pense à elle. Elle m’a dit lorsque je suis allé lui dire bonjour : J’ai la tête dans le derrière. On était invité chez le cousin de Sylvain hier soir. On s’y est disputé à cause de Seb. »

Cette impression tenace qu’il y a quelque chose entre elle et Br. ou du moins qu’il lui plaît. Jalousie qui m’agace.

Elle dit : Qu’est-ce que j’ai fais encore. Plusieurs fois comme si elle était une petite fille persécutée.

La répétition de théâtre ce soir à été très joyeuse.Yo, à qui nous avions fêtée son anniversaire la dernière fois, nous a invité à boire un café chez elle.

Blog-notes : Db., 3 avril ensoleillé

Blog-notes : Db., 3 avril ensoleillé dans Dire 59-128-pluie-

Première journée sans café : chocolat et verveine. Mal de tête mais légère amélioration.

Aujourd’hui elle est venue me dire bonjour dans un rayon. Elle était rayonnante et belle. Je le lui ai dit. « Pourtant je n’ai rien fait de plus que d’habitude. » La voir me fait mal.

Pour la première fois elle était à la caisse. Dans l’après-midi sa maman est passée. J’ai tenu bon je ne suis pas allé discuter avec elle.

1er avril

Rien de particulier dans cette journée. J’ai beaucoup travailler à mon blog et je me remets doucement de la journée d’hier.
Je suis allé chercher Gn comme tous les dimanches. Il a fait beau. Gr. est resté à Clm.
Ce soir Lulu et Cédric m’ont contacté par msn et je leur ai donné de l’aide pour des recherches généalogiques sur le Turillon. Ils m’ont envoyé une belle photo de leur couple.
Ag et Pf sont passé chez maman après avoir reconduit Gn.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE