posts du 10 juin, 2007


10 juin, duperie

Lu : Lorsque, la nuit / Nous avons vu notre aimée dans un rêve / Même fugitif, / De notre couche, le lendemain / Comme nous lever nous paraït triste ! (Kok XII ; 575)

Vu : Depuis que je vais moins vers elle, j’ai droit quand elle me croise, à des sourires lumineux et doux comme des couchers de soleil sur la mer. Il faut donc que je me tienne éloigner pour qu’elle me voie et fasse attention à moi vraiment ?

Commentaire : chez Cathy : Je ne résiste pas au plaisir de te recopier ça : ” … la dramaturgie moderne a ressuscité Antigone et l’a sortit de sa tombe. Antigone exaltée comme celle qui se révolte contre le pouvoir de l’Etat, symbolisé par Créon ; celle qui s’insurge contre les conventions et les règles, au nom des lois non écrites, celles de sa conscience et de son amour. C’est la jeune fille émancipée, qui laisse dans la caveau familial la dépouille de l’innocente, écrasée par les habitudes et contraintes sociales. C’est Antigone la révoltée ; mais, tant qu’elle s’indigne contre la tyrannie familiale et sociale, elle en reste encore psychologiquement dépendante et prisonnière. Antigone doit être assez forte et assez libre, pour assumer pleinement son indépendance, dans un nouvel équilibre qui ne soit pas celui d’une hibernation banalisante. La légende ainsi prolongée symbolise la mort et la renaissance d’Antigone, mais d’une Antigone devenue elle-même, à un niveau supérieur d’évolution. “

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE