posts du 27 août, 2007


27 août, lourd

07082906.jpgUne expérience facile à faire et très révélatrice. Comme celle que j’ai faite ce soir. Vous allez visitez le nouvel appart de votre fille en lui apportant un cadeau. Puis tout le monde va au restau et on fait une petite promenade au Pré la Rose, dans un parc aménagé pour cela. Vous reprenez la voiture seul. Le long du trajet vous écouter un extrait de Voyage en Italie de Stendhal, sur France-Inter et vous contemplé la pleine lune qui eclair un ciel sans nuages. Le toit ouvrant vous amène l’air frais de la nuit. Si, a un moment vous vous sentez si bien que le fauteuil d’à côté vous semble bien vide, que quelqu’un vous manque, quelqu’un de bien précis, dont d’un seul coup le visage apparait en surimpression sur le cordon de bitume fraichement posé et bien noir, alors vous êtes fixé sur vos sentiments, il n’y a plus de doute permit, c’est elle qui manque à votre vie, c’est elle, même si par moment vous avez l’impression que c’est une autre.

Serge Gainsbourg (1928-1991)

57308gainsbourg1.jpg

Lorsqu’en songes obscurs
Marilou se résorbe
Que son coma l’absorbe
En des rêves absurdes
Sa pupille s’absente
Et son iris absinthe
Subrepticement se teinte
De plaisirs en attente
Perdue dans son exil
Physique et cérébral
Un à un elle exhale
Des soupirs fébriles
Parfumés au menthol
Ma débile mentale
Fais tinter le métal
De son zip et Narcisse
Elle pousse le vice
Dans la nuit bleue lavasse
De sa paire de Levi’s
Arrivée au pubis
De son sexe corail
Ecartant la corolle
Prise au bord du calice
De vertigo Alice
S’enfonce jusqu’à l’os
Au pays des malices
De Lewis Caroll.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE