posts de avril 2008


Marquise de l’ombre : La nuit tombe

Marquise de l’ombre : Elle attend près de la fontaine. Elle fait les cent pas, elle tourne. Elle surveille, elle ne veut pas le rater. Elle veut le voir. Elle sait qu’il est là. Juste en face. Il est toujours là. Elle est si amoureuse. Jamais elle n’avait senti son cœur s’emballer de la sorte. Elle surveille les entrées & sorties. Pendant ce temps, la nuit tombe. Elle repense à ses paroles, aux mots qu’il murmure dans le creux de son oreille. Il sait trouver les mots, il sait l’apaiser. Il sait l’éveiller. Elle lève la tête, elle ne distingue plus très bien les visages… mais sa silhouette, elle la connaît par cœur, elle le reconnaîtrait entre mille. C’est son homme, rien qu’à elle. Mais pourquoi tarde-t-il ??? Que fait-il ??? Encore un tour de la fontaine. Elle se pousse pour laisser un couple de touriste se prendre en photo. Elle les envie, ils sont amoureux, ils s’enlacent & s’embrassent près de la fontaine. Elle a envie de lui. Etre dans ses bras, l’écouter parler, s’enivrer de ses paroles & de ses caresses. Ah !!! Le voilà. Sa gorge se noue. Ses jambes faiblissent. Elle s’appuie contre la fontaine & l’attend.

Moi : Elle lui a dit : ” Je passerai. “, sans préciser ni le moment ni l’heure. Depuis le matin il donne de rapides coups d’œil par la fenêtre, mais elle ne vient pas.

Il aime tellement sa présence. Cette féminité qui “éclaire” la pièce. Elle est belle dans tout ce qu’elle fait : boire un verre d’eau, sourire, marcher, remettre en place une mèche rebelle d’un revers de main, rire, se serrer contre lui…
Il aime la couleur de ses yeux, la forme de ses épaules, son profil gauche, ses hanches, ses seins, ses mains, ses cuisses… Ses mains, il les empoigne pour le plaisir, comme ça. Il les tien dans les siennes comme deux poussins, doux et chauds.
Que fait-elle ? Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivée ? ” N’appelle pas je viendrai. ” Mais rien. Dès qu’elle est partie l’ennui d’elle commence. Le vide s’installe, la solitude aussi. Etre seul c’est être sans elle, n’importe où avec n’importe qui. Etre soi c’est être avec elle. Vivre c’est être près d’elle !
La voilà près de la fontaine !!!! La voilà….. Enfin la voilà ! C’est juste à ce moment-là que ce client décide de débarquer !!! Et pour un truc compliquer en plus ! Il l’expédie, mais ça dure, ça dure ! Elle tourne autour de la fontaine. Elle va partir. Et l’autre avec son histoire de SAV qui lui casse les pieds. Si elle part il le jette dehors.
Il sort ! Pas trop tôt ! Elle lui sourit. Son cœur bat. Il va la serrer contre lui. Savez-vous ce que c’est que de la tenir contre soi ? Non ! Alors il vous manquera jusqu’à votre mort quelque chose.
http://marquisedelombre.unblog.fr/

 

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE