posts de octobre 2008


Chronique n° 72

La semaine de travail ne fait que quatre jours. Tant mieux. Trois jours de repos me feront du bien.

* Je me suis endormit devant la télé ce soir comme d’habitude.

* Pourrais-tu expliquer aux nouveaux venus de quoi tu souffres ? A part ça la journée c’est bien passée… elle est passée tout simplement, banalement, sans rien d’extra ordinaire (sic) ni en bon ni en mauvais… il ne restera rien d’elle dans ne dizaine d’année… (Commentaire chez Poussinette)

* Et pourquoi ne peut-il être près de toi ? Il est marié ? En tout cela est joliment expliqué. (Commentaire chez clochetta)

Marc Antonio Raimondi (vers 1475-1580)

063maraimondi.jpg

Ghislaine Bricout : 2185

Dans son cahier fripé,
un peu comme sa vie,
en désordre de mots,
il nous a tout conté :
son enfance bafouée,
son enfance violée.
Il a tout couché là
en poésie tristesse,
en phrases déchirées,
en dialogues de seringues,
en éclatants pétards.
Nous l’avons écouté
silence insoutenable :
il nous livrait sa vie
en lambeaux de papier.
Il fallait tout ranger,
tout remettre à sa place.
Ce puzzle confident
était étalé là.
Fallait-il appeler tout cela une vie ?
Ou un magma de jours
débordant l’existence
et roulant sur les pages
d’un cahier d’écolier………

Je suis allée porter l’écriture dans une maison d’arrêt (le 19 août 2008) et un détenu m’a apporté un cahier où se résumait sa vie. J’en ai tiré ce poème que je vous adresse. Merci d’apprécier mes poèmes, amitié poétique. “

C’est moi qui vous remercie Ghislaine.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE