posts du 9 décembre, 2008


Fleur : La Fête

II

Pour se garer, Jean alla jusqu’au petit parking. La route surplombait le parc où la fête avait lieu. Elle était organisée en son honneur, pour son retour. Il ferma sa voiture et revint sur ses pas. Mais au bout du chemin, il l’aperçut. Elle souriait. Qu’est-ce qu’elle faisait là ?

Il s’arrêta net. Comme elle lui ressemblait. Son envie de faire demi-tour, fut aussi forte que sa colère d’être venu. Non seulement il n’était pas guérit mais ce qu’il avait redouté le plus lui arrivait.

Elle vint à sa rencontre. Il ne pouvait plus partir.

- Je suis sa fille.

- J’ai vu

- Je lui ressemble tant que ça ?

Jean avait la gorge nouée et ne trouvait pas les mots. Elle avait dit cela en lui faisant la bise et en lui prenant le bras.

- Je guettais votre arrivée depuis le bas. Je savais que ça vous ferait quelque chose. Venez ! Tout le monde vous attend. Je ne voulais pas que vous me rencontriez devant les autres et qu’ils voient votre surprise.

- Merci !

- J’étais tellement impatiente de vous connaître.

- C’est gentil !

Elle vit que le regard de Jean était embué.

- Et votre prénom c’est…

- Claire, bien sur !

- Et oui ! Suis-je bête !

- C’est vous qui l’avez choisi sans la savoir.

Ils rejoignirent les autres invités. Marcher lui fit du bien. Mais son coeur battait la chamade. Lui qui s’était sentit si fort s’apercevait d’un coup qu’il avait décidé ce pèlerinage par faiblesse.

Des tables avaient été dressées sur la pelouse et garnies d’un buffet froid. Chacun se servait et par petits groupes on discutait. Les enfants circulaient au milieu de tout ça en traînant de ballons.

Ils étaient tous là. Un à un ils disaient bonjour. Elle restait à côté lui. Ils avaient changés : grossis, blanchis, maigris, grandis, mûris… Lui au contraire, à ce que tous lui dirent n’avait pas changé.

- Tu es le même. C’est incroyable. Comment tu fais ?

On lui présenta les nouveaux venus ; nouvelles branches ou nouveaux greffons.

- Claire pouvez-vous faire une photo ?

Elle partit et il la regarda s’éloigner avec regrets.

- Elle lui ressemble hein, dit Anne.

- Oui !

- Tu dois…

- Qui est le père ?

- Tu ne sais pas ? Elle est allée dans une banque de sperme.

- C’est toi qui l’a invité ?

- Non ! C’est maman. Elle lui avait fait savoir que le jour où tu viendrais elle aimerait te voir. Elle a tenu parole tu vois. Elle vient voir souvent maman.

Jean partit faire le tour du propriétaire. Tout était comme avant mais rien n’était plus pareil.

- Comme t’as grandit toi ! dit-il à un peuplier en tapant sur le tronc. – T’es beau.

- Déjà seul Jean ? Tu viens à peine d’arriver et tu t’esquive déjà !

- Non ! non !

- Si ! Si ! Je te connais ! Tu t’ennuies ! Tu as vu Claire ! C’est une fille bien tu sais. J’ai vu qu’elle était allée à ta rencontre. Elle a du coeur cette petite. C’est un être plein de tact

- Je suis tellement content de te revoir mamie. Il lui passa un bras autour des épaules.

- J’avais peur de partir sans t’avoir revu, tu sais. Jean la serra contre lui.

- Je ne t’aurais jamais fait ça, mamie !

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE