Une base Stefan Zweig

Des chercheurs de l’Université de Salzbourg vont numériser les écrits originaux de l’écrivain autrichien Stefan Zweig, dispersés dans le monde entier, pour créer une banque de données multimedia sur Internet.
« Nous essayons de savoir où tous ces documents se trouvent. D’après nos estimations, il y a environ 30.000 lettres et elles sont encore plus dispersées que les manuscrits », a expliqué le responsable du projet, M. Olivier Matuschek du Centre Stefan Zweig ouvert en 2008 et entièrement.
L’équipe, dont le projet devrait prendre 3 ans, va d’abord alimenter la banque de données avec l’autobiographie « Le Monde d’hier », rédigée peu avant le suicide en 1942 de l’écrivain d’origine juive. « Ainsi, nous aurons un fil directeur temporel sur lequel nous pourrons accrocher le reste. Nous allons mettre l’édition originale en allemand en ligne et y lier les manuscrits. Les gens pourront voir quel était le premier jet pour le troisième chapitre par exemple », a détaillé le chercheur qui travaille depuis 15 ans sur Zweig.
« Avec un clic, les utilisateurs pourront voir aussi s’il existe une lettre relative à ce passage ou un extrait de son journal intime. Ou bien des résultats issus de recherches récentes. Ce sera un instrument pour les profanes comme pour les chercheurs », a encore ajouté M. Matuschek; il a souhaité que la plate-forme se développe également sur un mode interactif avec les internautes.
Le Centre Stefan Zweig de Salzbourg a déjà passé des accords avec un éditeur londonien de l’écrivain et l’université américaine de Fredonia (Etat de New-York), pour numériser les écrits détenus par ces deux institutions.
Né en 1881 à Vienne en Autriche-Hongrie, Stefan Zweig a connu ses premiers succès avant la première guerre mondiale. Il partit en exil dès 1934 en Grande-Bretagne, pressentant les dangers du nazisme. Il se suicide le 22 février 1942 au Brésil où il s’était établi un an auparavant.
Outre « Le Monde d’hier », ses livres les plus connus s’intitulent « Amok », « 24 heures dans la vie d’une femme », et « Le joueur d’échecs ».

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE