4) Brigitte Bardot : Le Mépris – 1963

57241uitzwedenmeegenomen5.jpg

57102bardot.jpg

L’idéal quand on lit, c’est de tout oublier.
Savoir que dans un livre se trouve un ton, qu’on va être étonné, émerveillé, ému à coup sûr, qu’on va sourire, qu’on va connaître un plaisir sans retenue.
Le savoir pendant des années, se retenir d’aller vérifier, puis un jour risquer un œil, pour voir. Et ne pas être déçu.
La grande joie qui nous emplit, que n’a certes pas connue l’auteur du livre.

Gilles Archambault, Les plaisirs de la mélancolie 4289

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire