L’Entremetteuse
8 juillet, 2010 @ 5:00 Raconter...

Sa table était tout au fond dans un coin de la longue salle d’étude près d’une fenêtre. Le dos appuyé au mur et les jambes allongées sur la chaise voisine, il lisait. Claire arriva et lui demanda:
- La place est libre ?
- Oui !
Il retira ses jambes, posa son livre et ses coudes sur la table. Elle s’assit.
- Qu’est-ce que tu veux ? «  demanda-t-il.
- Rien ! Ou plutôt si ! Mais parle doucement.
- Ah, je vois !
Il approcha son visage très près du sien. Son regard buvait les traits de Claire.
- Laisse-moi deviner ! Tu as une copine qui…
- Oui ! a flashé sur toi !
Elle était surprise de son intuition.
- Et c’est toi qu’elle a envoyé faire la commission. Bonne idée je l’en remercie. Mais c’est non !
- Tu as quelqu’un ?
- Non ! Tu le saurais d’ailleurs.
- Pourquoi ?
- Je me comprends.
- Tu veux pas savoir qui c’est ?
- Non !
- C’est Eugènie !
- C’est pas mon genre.
- Tu as un genre toi ?
- Oui ! Très précis.
Il ne la quittait pas des yeux.
- Eugènie c’est une fille bien. Elle a refusé beaucoup de garçons.
- Je n’en doute pas mais elle a tort.
Son regard était doux. Il semblait caresser son visage. Il remit même une de ses mèches en place.
- C’est quoi ton genre.
Elle avait tourné la tête et regardait la salle devant elle.
- Moi je sais le tien ! C’est le l’Bob !
Elle ne répondit pas. Elle jouait avec une des ses bagues. Il reprit.
- Tu vas être gêné si je te le dis. C’est toi !
Elle le regarda.
- Eh oui ! Toi ! Pas une autre ! Aucune autre !
Il semblait jubiler de sa surprise.
- Elle me ressemble Eugènie !
Il rit si fort que des têtes se retournèrent.
- Puis quoi encore. Tu me l’as propose maintenant en lot de consolation ? Mais moi je veux l’originale et pas une copie pleine de défauts.
Elle ne disait plus rien et n’osait plus le regarder.
- Personne ne te ressemble et surtout pas elle, il te l’a pas dit Bob. Et je préfère être seul que mal accompagné. Mais toi tu n’as pas ces problèmes-là ?
Elle se leva et en le toisant du regard en souriant :
- J’ai pas dit ça !
Eugènie lui demanda quand elle revint vers elle :
- Alors ?

- C’est non pour toi !
Il avait reprit sa lecture. Mais quand elle jeta un regard dans son coin, il baissa son livre et elle ne put s’empêcher de lui sourire.

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire