posts de septembre 2010


Aristide Corre (1895-1942)

58169dagore.jpgTant que je ne connaîtrai ni le goût de sa bouche, ni l’électricité de sa peau contre la mienne (tant que je ne saurai pas) si l’odeur de sa chair agira sur moi comme un aphrodisiaque... Journal, 9 février 1940, p. 603

Jacques Adrien Lavieille (1812-1862)

57295jacquesadrienlavieillebois.jpg
Gravure inspirée de Millet elle devait servir de modèle à Van Gogh.

Mary Ferris Kelly : Femme lisant dans l’atelier du peintre

57235551womanreadinginastudymaryferriskelly.jpg
Ne joignez pas les brûleurs de livres. Ne pensez pas que vous allez cacher des défauts en cachant l’évidence qu’ils n’ont jamais existé. N’ayez pas peur pour entrer dans votre bibliothèque et pour lire chaque livre …
Dwight D. Eisenhower (1880 – 1969)

Nina Leen

57050ninaleendebutanteannlincolnreadingwhileshesoaksherfeet.jpg
lire, c’est regarder la mort sans la voir, sans y croire, les yeux béants, les yeux béats.
Camille Laurens (1957 – …)

64 / 2004-05

5703620040503laetitia.jpg

Qu’est-ce qu’une femme? Nous pouvons aujourd’hui en commencer la définition,
mais je soutiens qu’on n’en verra le bout qu’à la fin du monde.
Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (1688-1763)

Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945) : L’Automne

On voit tout le temps, en automne,
Quelque chose qui vous étonne,
C’est une branche, tout à coup,
Qui s’effeuille dans votre cou.

C’est un petit arbre tout rouge,
Un, d’une autre couleur encor,
Et puis, partout, ces feuilles d’or
Qui tombent sans que rien ne bouge.

Nous aimons bien cette saison,
Mais la nuit si tôt va descendre !
Retournons vite à la maison
Rôtir nos marrons dans la cendre.

Anna et Barney

57085janelaannabarney.jpg
On ne pense plus au visage de la femme dont on voit le corps nu.
Joseph Joubert (17254-1824) – Pensées

En poussette

57050poussette.jpg
J’ai pris un cours de lecture rapide et j’ai pu lire « Guerre et Paix » en vingt minutes. Ça parle de la Russie.
Woody Allen (1935 – …)

Brouillard

Il se terrait depuis mars au fond des forêts, des ravins et des grottes.
Timidement il pointait son nez les jours de pluie.
Septembre l’a ramené !
Tous les matins il s’étale sur les hauteurs.

puis descend dans la vallée et cache le soleil.
Le brouillard !
Nuage tombé du ciel comme un oiseau à l’aile brisé.

Frederic Leighton (1830-1896) : Au pupitre

56298atareadingdeskfredericleighton.jpg

Leighton.com
Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux.
Confucius (- 551 – 479 )

Gary Kapluggin

130nu2.jpg

Ponte de soc, pointe sein, toutes deux nous font ivre.
Proverbe français.

57-295 : soleil

Généalogie : Claude François, dans l’arbre familiale était un inconnu. Né en 1735, nous ne possédions rien de plus sur lui. Depuis hier soir je sais qu’il a été militaire et qu’il est mort en 1808. Il s’est marié à Morlaix en Bretagne. Il a laissé une descendance de tonnelier. Elle porte notre patronyme auquel un « H » a été ajouté au début.

J’avais contacté un des porteurs de ce nom. Ecrivain il ignorait ses origines. Le voilà revenu au bercail. La « forêt » familiale s’agrandit.

Vincent van Gogh (1853-1890) : La Meridienne ou la Sieste – 1889

57284vangoghlasieste.jpg

La méridienne fut peinte lors du séjour de Van Gogh à Saint-Rémy de Provence alors qu’il était interné à Saint-Paul-de-Mausole. La composition est reprise d’un dessin de Millet pour les Quatre heures de la journée. Vincent justifie sa démarche à son frère Théo : « C’est plutôt traduire dans une autre langue, celle des couleurs, les impressions de clair-obscur en blanc et noir ». Van Gogh a copié à de nombreuses reprises des œuvres de Millet qu’il considérait comme « un peintre plus moderne que Manet ». Fidèle à la composition originale jusque dans les détails de la nature morte du premier plan, Van Gogh fait pourtant complètement sienne cette scène de repos qui symbolise chez Millet la France rurale des années 1860. Cette retranscription personnelle se fait essentiellement par une construction chromatique fondée sur le contraste des couleurs complémentaires bleu-violet et jaune-orangé. Malgré le caractère apaisant du sujet on y retrouve l’intensité unique de l’art de Van Gogh.

Raymond Richard : Le bel automne est revenu

À pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu’on s’en doute,
Il est venu par la grand’route
Habillé d’or et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l’avez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.

1er vendémiaire An CCXIX

57292vendmiaire.jpg

Point.com

57292vendmiaire2.jpg

Willem Drosh (1633-1659) : Bethsabée recevant la lettre de David – 1654

 

57272droshfemmeseinnu826.jpg
On peut séduire n’importe qui avec des mots tracés pour lui sur une feuille de papier. C’est un pouvoir extraordinaire, phénoménal, monstrueux, quoique peu usité : la lettre d’amour est d’une efficacité redoutable, mais méconnue.
Camille Laurens (6 1957 – …)

Federico Zandomeneghi (1841-1917) : Lecture à la fenêtre

57154federicozandomeneghirea.jpg
Un livre est une fenêtre par laquelle on s’évade.
Julien Green (1900-1998)

57-293 : soleil

Question : Est-ce pour nous-même ou pour d’éventuels lecteurs que nous tenons un blog ?

57293fondereau.jpg

Couple / Christiane Rochefort (1917-1988)

172couple02.jpeg
… Ces mains, je voulais qu’elles me touchent. Je suis folle.
Mon corps subit une intense métamorphose,
je vais me réveiller chenille ou baleine blanche,
je vais crier ou japper, ou braire.
Je l’aime , j’aime cet homme…
Christiane Rochefort, Le repos du Guerrier.

Paul Fort (1872-1960)

57300paulfort.jpg

Il faut nous aimer sur terre,
il faut nous aimer vivants

Ne crois pas au cimetière
il faut nous aimer avant.

Ta poussière et ma poussière
deviendront le gré des vents

123

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE