posts du 5 octobre, 2010


François Coppée (1842-1908) : Matin d’octobre

 

C’est l’heure exquise et matinale
Que rougit un soleil soudain.
A travers la brume automnale
Tombent les feuilles du jardin.

Leur chute est lente. On peut les suivre
Du regard en reconnaissant
Le chêne à sa feuille de cuivre,
L’érable à sa feuille de sang.

Les dernières, les plus rouillées,
Tombent des branches dépouillées ;
Mais ce n’est pas l’hiver encore.

Une blonde lumière arrose
La nature, et, dans l’air tout rose,
On croirait qu’il neige de l’or.

Couple / Le Cantique des Cantiques

070509califourchon.jpg

… Que tes caresses sont douces, ô ma fiancée !
Tes yeux sont des colombes derrière ton voile ;
Ta chevelure, un troupeau de chèvres
ondulant aux pentes de Galaad ;
Ton nombril, une coupe en demi-lune ;
Et tes seins comme deux faons, jumeaux d’une gazelles,
qui paissent parmi les lis.
(…)
- Verdoyante est notre couche, ô mon aimé !
Le parfum de ta barbe m’émeut,
et ton port majestueux, tel un cèdre du Liban.

Le Cantique des Cantiques.

Alexandre Dumas (1802-1870): Le Chevalier de Sainte-Hermine

58161dumas.jpgJ’avais dans mon étude de la route de Varennes, raconté qu’au somment de la montée, d’où l’on découvre entièrement la ville, le roi devait trouver une escorte. Les dragons ne s’y trouvant pas, un des gardes du corps qui servaient d’escorte au roi descendit et alla frapper à la porte d’une maison, à travers les contrevents de laquelle transparaissait de la lumière.
La reine et M. de Valory s’avancèrent de leur côté vers cette maison dont la porte se referma à leur approche. Le garde du corps s’avance, la repousse et se trouve en face d’un homme d’une cinquantaine d’années, vêtu d’une robe de chambre, ayant les jambes nues et les pieds dans des pantoufles.
C’était un gentilhomme (M. de Préfontaines) en sa qualité de major et de chevalier de Saint-Louis, avait deux fois prêté serment de fidélité au roi. Mais, en cette circonstance, le cœur lui faillit ; reconnaissant la reine, il refusa d’abord de répondre, puis répondit en balbutiant, puis enfin referma la porte, laissant les augustes voyageurs aussi embarrassés qu’auparavant. Citation d’Alexandre Dumas, par Claude Shopp, Le Testament perdu, p. 45

65 /

57114portrait.jpg
Une femme est comme votre ombre, courez après elle vous fuit ; fuyez-la, elle vous court après !
Alfred de Musset.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE