posts de novembre 2010


Couple / Frédéric Dard (1921-2000)

070512union20x.jpg

L’amour est une onde de bonheur
en cours de réalisation.
Frédéric Dard (1921-2000)

73 /

57112pullrouge.jpg

Nu à la fenêtre

57063playboysexygirlnextdoormisty002.jpg

La lecture du journal

57174girlreading.jpg

Juan Aleph : Medina

56298medinajuanaleph.jpg

126 / blonde en noir et blanc

126nu.jpg

Dans la cuisine…

57058joliespetitesfessesrondes01.jpg

Gérard Bollon

La douceur de ton âme en tes yeux se reflète,
La tiédeur nocturne nous caresse la peau
Car en cette saison il fait toujours beau,
Je prends entre mes mains ta douce et jolie tête.

Et en cette soirée qui pour moi est la fête,
Tu es là près de moi belle comme un joyau
Tu me prends dans tes bras, me serre tel un étau,
Je sens ton corps ardent dont je fais la conquête.

Je goûte ton sein blanc comme un fruit parfumé,
Habillé de soleil, ta peau douce est dorée,
Ma main suit la courbe perverse de tes reins,

Et ma lèvre effleure tes rivages en feu
Puis empli de désirs et d’amour je t’étreins,
Nos corps vont s’adonner à un sensuel jeu.

Jacques de Bourbon-Busset (1912-2001) : Journal III

58312busset.jpg3 janvier 1967 : Pousser la concision à l’extrême, mais s’arrêter juste à temps, à la frontière de l’obscur. Le difficile est que ce qui est déjà obscur pour les uns est encore clair pour les autres. La lecture à plusieurs niveaux, comme on dit aujourd’hui, est une solution aristocratique et déplaisante. Il convient de chercher la transparence et, au lieu d’éblouir d’un soleil noir la masse, d’obliger les beaux esprits à découvrir ce que recouvrent des eaux claires et profondes. Folio n° 127, p. 41

Percy Tarrant (1881-1930) :

57245flowerservicetarrant.jpg

Bernd Mueller

57300wwwmuellerfotodesignde.jpg

Source 

72 /

57114bleue.jpg

Victor Hugo (1802-1885) : Il fait froid

L’hiver blanchit le dur chemin.
Tes jours aux méchants sont en proie.
La bise mord ta douce main ;
La haine souffle sur ta joie.

La neige emplit le noir sillon.
La lumière est diminuée… –
Ferme ta porte à l’aquilon !
Ferme ta vitre à la nuée !

Et puis laisse ton cœur ouvert !
Le cœur, c’est la sainte fenêtre.
Le soleil de brume est couvert ;
Mais Dieu va rayonner peut-être !

Doute du bonheur, fruit mortel ;
Doute de l’homme plein d’envie ;
Doute du prêtre et de l’autel ;
Mais crois à l’amour, ô ma vie !

Crois à l’amour, toujours entier,
Toujours brillant sous tous les voiles !
A l’amour, tison du foyer !
A l’amour rayon des étoiles !

Aime et ne désespère pas,
Dans ton âme où parfois je passe,
Où mes vers chuchotent tout bas,
Laisse chaque chose à sa place.

La fidélité sans ennui,
La paix des vertus élevées,
Et l’indulgence pour autrui,
Éponge des fautes lavées.

Dans ta pensée où tout est beau,
Que rien ne tombe ou ne recule.
Fais de ton amour ton flambeau.
On s’éclaire de ce qui brûle.

A ces démons d’inimitié,
Oppose ta douceur sereine,
Et reverse-leur en pitié
Tout ce qu’ils t’ont vomi de haine.

La haine, c’est l’hiver du cœur.
Plains-les! mais garde ton courage.
Garde ton sourire vainqueur ;
Bel arc-en-ciel, sors de l’orage !

Garde ton amour éternel.
L’hiver, l’astre éteint-il sa flamme ?
Dieu ne retire rien du ciel,
Ne retire rien de ton âme !

La vague / Saint-John Perse

57077kamasutralevrette2.jpg

Mer majeur du désir où s’échauffe, avant la nuit,
l’odeur de vulve des eaux basses.
Une même vague par le monde, haussant,
roulant l’hydre amoureuse de sa force…
Et du talon divin, cette pulsion très forte et qui tout gagne.
Amour et mer de même mit, amour et mer au même lit…
Saint-John Perse, Amers.

David Remacle

57220nu.jpg

1er frimaire An CCXIX

58045frimaire.jpg

Pouvons nous de l’hiver sous nos heureux climats
Redouter les rigueurs lorsque la chasseresse
Dans les bois effeuillés affrontant les frimas
Décoche sur un Daim ses traits avec adresse

58146frimaire.jpg

Maurice Ehlinger (1896-1981) : Jeune fille nue lisant, à la campagne

58036mauriceehlinger18961981.jpg

Victor Hugo (1802-1885) : Léopoldine Hugo

56304hugoleopoldinelisant.gif

Ouvre tes mains, et prends ce livre : il est à toi.
Ce livre où vit mon âme, espoir, deuil, rêve, effroi,
Ce livre qui contient le spectre de ma vie,
Mes angoisses, mon aube, hélas ! de pleurs suivie,
L’ombre et son ouragan, la rose et son pistil,
Ce livre azuré, triste, orageux, d’où sort-il ?
D’où sort le blême éclair qui déchire la brume ?

Victor Hugo (1802-1885) , Les Contemplations.

Point de caste !

 

57072femmenunudite.jpg

Les femmes n’ont point de caste ni de race ;
leur beauté, leur grâce et leur charme
leur servent de naissance et de famille.
Leur finesse native, leur instinct d’élégance,
leur souplesse d’esprit sont leur hiérarchie
et font des filles du peuple les égales
des plus grandes dames.
Guy de Maupassant (1850-1893) – La Parure – 1884

Nancy Arbolito

57194escenamujerventana.jpg

Site 

123

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE