Olympe de Gouges (1743-3/11/1793) : Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne
3 novembre, 2010 @ 5:00 A retenir

Toute femme naît et demeure libre et égale à l’homme en droits ; les distinctions sexuelles ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la femme et de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la société et surtout la résistance à l’oppression.

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nature qui n’est que la réunion de la femme et de l’homme. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui. Ainsi l’exercice du droit naturel de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose. Ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.

La loi doit être l’expression de la volonté générale. Toutes les citoyennes comme tous les citoyens doivent concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation.

Elle doit être la même pour tous. Toutes les citoyennes et tous les citoyens étant égaux à ses yeux doivent être également admis à toutes les dignités, places et emplois publics selon leurs capacités et sans aucune distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Nul ne peut être inquiété pour ses opinions ; la femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune, pourvu que ses réclamations ne troublent pas l’ordre établi par la loi.

La garantie des droits de la femme est pour l’utilité de tous et non pour l’avantage de celle à qui elle est accordée.

La femme concourt ainsi que l’homme à l’impôt public, elle a le droit ainsi que lui de demander compte à tout agent public de son administration.

Pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses de l’administration, les contributions de l’homme et celles de la femme sont égales.

Elle a part à toutes les corvées, à toutes les tâches pénibles, elle doit donc de même avoir place à la distribution des places, des emplois, des charges et des dignités.

-Jean
réponses desactivées




openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE