Léon Nikolaïevitch Tolstoï (1828-1910) : Le Diable – 1889
14 février, 2011 @ 1:02 Notes de lecture

58084diabletolstoi.jpgAprès le déjeuner, tout le monde se dispersa. Selon un ordre bien établi, Eugène, alla dans son cabinet de travail. Au lieu de lire ou d’écrire des lettres, il s’assit et se mit à réfléchir en fumant une cigarette après l’autre. Il était terriblement surpris et peiné que ce soit manifesté en lui de façon inattendue ce mauvais sentiment dont il se croyait libéré depuis son mariage. Jamais depuis il n’avait éprouvé ce sentiment, ni pour elle, cette femme qu’il avait connue, ni pour une autre, la sienne exceptée. Il s’était maintes fois réjoui en lui-même de cette libération, et voilà que brusquement un hasard, un hasard si insignifiant, semblait-il, lui révélait soudain qu’il n’était pas libre. Ce qui le tourmentait à présent ce n’était pas qu’il était à nouveau asservi à ce sentiment, qu’il désirait cette femme - cela, il ne voulait même pas y penser -, c’était que ce sentiment vivait en lui et qu’il lui faillait être sur ses gardes face à lui. Qu’il réussirait à vaincre ce sentiment, il n’y avait en lui-même pas le moindre doute. Folio 5170 p. 50

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE