posts de mars 2011


Lambert Sustris (vers 1515/1520- après 1568) : Vénus

58113sustrisvenus.jpg

Jan Karski (1914-2000) : Mon témoignage devant le monde

58080karski.gifLa  » drôle de guerre  » a traumatisé et rendu amers la plupart des Polonais. Jan Karski le premier, choqué par l’atmosphère insouciante du Paris de février-mars 1940 qu’il a pu observer. En mai 1940 s’y ajouta, avec l’offensive foudroyante de la Wehrmacht,  » l’erreur fatale », bientôt reprochée au général Sikorski, de faire supporter, en allié crédule de la France, une deuxième défaite et une saignée à la « nouvelle armée polonaise » de 84 000 hommes reconstituée en France. Points P2543 p. 527 note n° 4

Nikolaus Gysis (1842-1901)

57183lecturegysis11.jpg

58-117 : soleil

Vu : Pasteur, de Alain Brunard

Entendu : La vie c’est ce qui arrive lorsqu’on est occupé à d’autres projets. John Lennon

Le Baiser

 

57020erotique.jpg

Toute tiède encore du linge annulé
Tu fermes les yeux et tu bouges
Comme bouge un chant qui naît
Vaguement mais de partout

Odorante et savoureuse
Tu dépasse sans te perdre
Les frontières de ton corps
Tu as enjambé le temps
Te voici femme nouvelle
Révélée à l’infini.

Paul Eluard (1895-1952)

90 /

57209laetitiacasta026m.jpg

Zéno Bianu : La Troisième Rive – 1974

Un point
un seul point
que tu cherches
sans relâche.

le point de la nuit
le point de la vie.

un point
un seul point
ouvert dans le ciel
le commencement du commencement
le point ardent
irrémédiable.

grand temps
il est grand temps
de revenir à ce point.

grand temps
entre la rouille et la soie
de retrouver une brèche
toujours plus aiguë.

un point
pour ponctuer le monde
au plus juste
au plus chaviré.

point-foyer
point porteur de tout
point
d’un retour à tout.

pour fuser dans le vrai
ricocher dans l’immense.

grand temps
il est grand temps
de rassembler l’éparpillement
de mettre sa peau sur la table.

grand temps
de terrasser toutes les idoles
de pénétrer l’invisible
d’inspirer jusqu’au ventre du ciel.

c’est le point
de la qualité pure des choses
le tiret
d’Emily *****inson
griffant l’illimité.

c’est le point
des marques d’ongles éperdues
derrière chaque syllabe.

un point
pour tenir le monde
pour tanguer encore et toujours
quand la nuit s’effondre.

un point
avec cette force d’enfance
oui
comme un poids
d’enfance
dans la poitrine.

cette force enfin désenfouie.

c’est le point
le seul point
irradiant
point-source
sans repère
sans attache
point d’abandon
soleil de souffle.

qui mord l’infini.

58-116

Blog : Idées en l’air

Julie Clarini : Vers un « convivialisme « 

Entendu :  » Nous trimbalons tous une vieille « nostalgie du néolithique ». Voilà ce que disait le grand anthropologue Alfred Métraux dans des termes un peu plus choisis. Oui, une nostalgie du néolithique, non pas parce que nous sommes tous un peu niais, ce qui est une certitude, ou que nous nous regrettons un paradis perdu, mais nous gardons simplement la conviction, écrit l’éditorialiste de la revue Décroissance, « nous gardons la conviction que d’autres cheminements civilisateurs étaient possibles, sans doute plus riches en sapience et en humanité »« . Lire la suite

De la convivialité

58116convivialit.jpgQuatrième de couverture : Tout le monde sent bien, sait bien que nos sociétés ne pourront pas continuer longtemps sur leur lancée actuelle, en ravageant toujours plus la nature, en laissant exploser les inégalités, en lâchant la bride à une finance folle qui dévaste et corrompt tout. Mais quelle alternative imaginer ? Les idéologies politiques héritées ne semblent plus être à la hauteur des défis de l’époque. C’est dans ce contexte qu’il convient d’examiner ce qui est susceptible de réunir certains des courants de pensée les plus novateurs de ces dernières années : décroissance, recherche de nouveaux indicateurs de richesse, anti-utilitarisme et paradigme du don, plaidoyer pour la sobriété volontaire, etc.Confrontant ici leurs points de vue, en cherchant davantage ce qu’ils ont en commun que ce qui les oppose, certains des animateurs les plus connus de ces courants constatent que l’essentiel, dans le sillage de certaines analyses d’Ivan Illich, est de jeter les bases d’une société conviviale : une société où l’on puisse vivre ensemble et «s’opposer sans se massacrer» (Marcel Mauss), même avec une croissance économique faible, nulle ou négative.

Café

57117relaxatthewindow1bygurci.jpg

Franklin Delano Roosevelt (1882-1945)

58115roosevlelt.jpgC’est dur d’échouer, mais c’est pire de n’avoir jamais essayé de réussir.

58-115 : froid – couvert

Blog : Shanti Une ombre dans le vent

Perso : Suis allé voter.

Citation : Tout homme à deux pays, le sien et la France. Henri de Bornier

David Hettinger

57157dhettinger.jpg

Fabrice Nicolino

58114nicolino.jpgQuatrième de couverture : Ce livre va faire mal, parce qu’il décrit ce qu’est devenu le mouvement écologiste officiel, celui des salons dorés, des petits-fours, des photos de groupe devant les palais officiels. Ce livre va faire mal, parce qu’il révèle pour la première fois l’histoire, les histoires, les coulisses. On peut donc le lire comme un roman vrai, un polar implacable, rempli de personnages aussi étonnants qu’Anton Rupert, l’un des véritables fondateurs du WWF International.

Mais l’acte d’accusation vise bien au-delà la « bande des quatre » qui s’est autoproclamée représentante de la société française. Et qui a décidé de se soumettre aux ruses et risettes de l’État français, Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet en tête. Certes, il existe de nombreuses différences entre le WWF, Greenpace, la Fondation Nicolas Hulot et France Nature Environnement (FNE). Ce document rend à chacun ce qui lui appartient.

Mais au total, le bilan est désastreux. Alors que les mêmes clament que la planète est en perdition – et elle l’est -, ils préfèrent compromis et compromissions, tapes dans le dos et décorations. Dernière dérobade : l’affaire des gaz de schistes, qui exigerait pourtant une mobilisation immédiate. « Qui a tué l’écologie ? » ne se contente pas de poser une question, mais y répond. Le livre a été écrit par un écologiste engagé depuis des décennies dans le combat pour la vie sur terre. Il appelle à un sursaut historique, seul capable de nous aider à faire face à la crise écologique qui arrive. Qui est déjà là. C’est donc un cri d’espoir. Et un appel majeur.

Vincent van Gogh (1853-1890) – La lectrice de roman – 1888

57010vincentvangoghlalectricederoman1888.jpg

Alessandro Barbero (1959- : Le Jour des Barbares

58114lejourdesbarbaresalessandrobarbero.jpg(369 de notre ère) … Thémistius fait l’éloge de Valens qui, alors qu’il pouvait exterminer les Goths, a préféré les épargner, et il formule cette extraordinaire comparaison : nous nous préoccupons beaucoup, dit-il, de préserver les espèces animales, nous ne voulons pas voir disparaître les éléphants de Libye, les lions de Thessalie et les hippopotames du Nil ; nous devons donc nous réjouir que Valens ait sauvé de l’extermination « une population d’hommes, peut-être des barbares, comme le diront certains, mais des hommes tout de même. «  Champs Histoire n° 974 p. 58

Face à la persécution

58113juifsdelens.jpg4e de couverture :  » L’histoire de la Shoah en France envisagée dans une nouvelle perspective.

S’appuyant sur un formidable travail d’archives et décrivant l’éventail des parcours des victimes, entre la vie et la mort, voici l’histoire des 991 Juifs de Lens entre 1940 et 1945, au jour le jour, famille par famille. Chaque temps de la discrimination antisémite en France est scruté du côté des persécutés : l’identification, l’aryanisation, l’arrestation, la déportation.

Au total, que fallait-il faire ? Se déclarer comme juif ou se taire ? Fuir ou se cacher ?

Nicolas Mariot est chercheur au CNRS. Il a notamment publié Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002 et, avec A. Loez, Obéir/désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective.

Claire Zalc est chercheuse au CNRS. Elle a codirigé 1931, les étrangers au temps de l’exposition coloniale (2008), le catalogue de l’exposition du même nom dont elle était commissaire et qui s’est tenue à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, et a publié Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France.  »

58-113 : printanier

Entendu : Il y a dans l’admiration je ne sais quoi de fortifiant qui dignifie et grandit l’intelligence. Victor Hugo (1802-1885), Post-Scriptum de ma vie (1901)

Entendu : C’est aberrant de voter pour le FN. Ce n’est pas mes racines. Ca me fait peur ! Johnny Halliday, Entretien au Parisien

Blog : Journal intime d’une pro-Ana

Kristin Keurk

58109kristinkreuk989kristinkreukcelebritesfemmes.jpg

Ce qui sauve les femmes, c’est que pour lire dans leur âme, il faut regarder leurs yeux.
Marcel Achard (1899-1974)

1234

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE