Julien Sarrazin (1924-1991) : Contrescarpe
13 mars, 2011 @ 5:04 Notes de lecture

58101contrescarpepoche.jpgPour mieux faire bouillir la marmite, plus exactement faire bouillir la marmite à la limite du strict nécessaire, la mère, en plus de ses gosses, prenait aussi un bébé en nourrice. C’est ainsi que j’ai failli changer de mère.

Une Parisienne avait apporté un bébé maigrichon de mon âge, nous étions ensemble dans un parc, le jour où cette mère-là vint en visite quelques mois plus tard, elle m’attrapa, me prit dans ses bras, m’embrassa, m’embrassa, folle de joie de retrouver son gosse si beau et si costaud.

Ma mère me raconta plusieurs fois avec des pleurs de rire et de consternation :  » Mais, madame, c’est le mien, je vous assure ! » Avec ma mère tous les bébés savaient chantonner avant de savoir parler. Le Livre de Poche n° 4987 p 23

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire