posts de mars 2011


Au bureau…

57061fentre.jpg

Voltaire (1694-1778)

58099voltaire.jpgL’enthousiasme est une maladie qui se gagne.

Lecrture 27

57038lecture27.jpg

Notre vie est un livre qui s’écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l’auteur.
Julien Green

Karl Kraus (1874-1936) : Aphorismes

58092kraus.jpg

Plus on serre un mot de près, et plus il le prend de haut

Marcel Proust (1871-1922) : Le Temps retrouvé

58087proust.jpg… les femmes qu’on aime plus et qu’on rencontre après des années, n’y a-t-il pas entre elles et vous la mort, tout aussi bien que si elles n’étaient plus de ce monde, puisque le fait que notre amour n’existe plus fait de celles qu’elles étaient alors, ou de celui que nous étions, des morts ? Folio n° 159 p. 12

Maurice Quentin de La Tour (1704–1788) : Mme de Pompadour

56323pompadour6.jpg

On doit lire tous les écrivains deux fois, les bons et les mauvais. Les uns, on les reconnaîtra ; les autres, on les démasquera. Karl Kraus (1874-1936) : Aphorismes

Annie Girardot

58092girardot.jpg

Site 

Seins et café

57061seins.jpg

Boire du café ferait perdre ses seins, selon une étude suédoise de l’université de Lund, publiée au British Journal of Cancer. Trois tasses par jour suffisent. Helena Jernström, la chercheuse responsable de l’étude, est formelle : «Boire du café peut avoir un effet majeur sur la taille de la poitrine.» Elle précise cependant que l’inconvénient ne concerne que les femmes porteuses d’un gène particulier, ce qui est le cas de la moitié de ses compatriotes. La bonne nouvelle, pour les femmes concernées, c’est que ce gène protège aussi du cancer du sein. J.M.

Giorgione (1477-1510) : La Vénus endormie – vers 1507

58113lavnusendormie.jpg

Ou la Vénus de Dresde

Tiziano Vecellio (1488-1576) – Le Titien : La Vénus d’Urbin – 1538-39

58113titianvenusurbino.jpg

Anaïs Bazin (1797-1850): Le choléra-morbus à Paris – 1832

Cependant l’épidémie poursuivait sans pitié sa récolte de morts ; et l’on eût dit vraiment qu’il y avait dans la puissance inconnue qui dirigeait ses coups quelque chose d’intelligent et de moqueur, tant elle se montrait prompte à renverser toutes les assertions de la science, à démentir toutes ses prédictions, à nous ôter l’un après l’autre toutes nos espérances, tant elle semblait trouver un malin plaisir à ne pas se laisser comprendre. Ainsi à peine l’avait-on reléguée dans les parties étroites et malsaines de la ville, qu’elle s’établissait aux lieux où l’air trouve le plus d’espace, où les habitations s’étendent le plus à l’aise. On lui livrait la misère ; elle s’emparait aussitôt de l’opulence : on lui abandonnait les corps infirmes et décrépits ; elle se jetait sur la jeunesse et la beauté. Au moins prétendait-on que les enfants n’étaient pas de son domaine, et elle trouvait, dans ces êtres faibles et riants, de la place pour tous ses ravages. Elle confondait les fortunes, elle accouplait les sexes dans la tombe, et levait encore une dîme sur le berceau. Que faire donc avec ce mystérieux, cet insaisissable ennemi, qui était partout et ne se révélait que par des atteintes profondes, qu’on ne pouvait éviter ni prévoir ; capricieux dans le choix de sa proie, mais d’un si constant caprice, qu’on l’eût pris pour une volonté ?Source

Serge Gainsbourg (1928-1991): Marilou sous la neige

Marilou repose sous la neige
Et je me dis et je me redis
De tous ces dessins d’enfant que n’ai-je
Pu préserver la fraîcheur de l’inédit

De ma Lou en bandes dessinées je
Parcourais les bulles arrondies
Lorsque je me vis exclu de ses jeux
Erotiques j’en fis une maladie

Marilou se sentait pris au piège
Tous droits d’reproduction interdits
Moi naïf j’pensais que me protégeaient
Les droits du copyright opéra mundi

Oh ma Lou il fallait que j’abrège
Ton existence c’est ainsi
Que Marilou s’endort sous la neige
Carbonique de l’extincteur d’incendie

Gerard ter Borch (1617-1681) : Gesina – vers 1650

57242girlinpeasantcostumeprobablygesinathepaintershalfsisterca1650.jpg

Bonus 

58-089

Pour elle : « Et n’avoir que toi d’horizon. »

J‘ai constaté cet après-midi que Vanessa comme moi tirait de conclussions hâtives sur un mot un comportement une attitude vis à vis d’elle de la part des patrons et extrapolait. Cela vient de l’incertitude et de la peur de l’avenir que l’on ressent en permanence dans cette entreprise. 

Gertrud Kolmar (1894-1943) : Lettres

57322kolmar.jpg… je sais que l’être humain éprouve ce qui arrive à ce chevalier du conte des « Trois plumes ». Comme le petit cheval lui conseille à chaque fois :  » Ne ramasse pas la plume », il laisse où elles sont la première et la deuxième plume qu’il rencontre. Mais à la troisième, il ne résiste plus, met pied à terre et la ramasse malgré l’avertissement du petit cheval. Ainsi devient-il roi.  » Mais s’il n’avait pas ramassé la troisième plume, il en aurait trouvé une quatrième au sommet de la montagne et serait devenu un puissant empereur. » Il est rare que quelqu’un attende la quatrième plume. La plupart des gens n’arrivent même pas à la troisième; il leur faut immédiatement ramasser la première ou au moins la deuxième plume qu’ils aperçoivent, de peur de ne plus en découvrir d’autre s’ils passaient outre. Et très souvent, c’est bien ce qui arrive, et on ne saurait donner à celui qui a laissé par terre la première plume l’espérance certaine de la deuxième, et encore moins des suivantes. p. 150-151

86

086.jpg

1er mars

58107lestrsrichesheuresduducdeberrymars.jpg

Ouverture …

57204duo.jpg
L’érotisme est tout d’ambiguïté, (…) et se nourrit de son jeûne apparent (…) C’est un jeu, un simple jeu, gratuit, d’une perverse pureté.
Pascal Lainé (1942- L’Irrésolution

1234

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE