Gertrud Kolmar (1894-1943) : Lettres
29 avril, 2011 @ 6:52 A méditer,Notes de lecture

57322kolmar.jpg… dimanche dernier j’étais si « rompue » que l’après-midi, après avoir nettoyé ma chambre et lavé mes bas, j’ai fait une chose que je ne m’étais pas permise depuis longtemps : absolument rien. J’ai fait ce que je faisais si souvent à Finkenkrug, je me suis assise sur le sofa et j’ai éteint la lumière. Et j’ai réfléchi dans le noir… Et j’ai appliqué - ce que je parviens beaucoup plus rarement à la lumière – à toute chose, à tous les événements la mesure de l’éternité… et bien des choses qui nous paraissent importantes, qui nous obsèdent, nous irritent, y compris nos chères personnes, se sont effondrées…  » Les peuples meurent, pour que dieu vive », ce mot de Saint-Just m’est venu à l’esprit. 18.11.42 p. 266

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE