Ernst Jünger (1895-1998) : Jardins et routes
7 mai, 2011 @ 5:00 Notes de lecture

57268junger.jpgAprès le coucher du soleil, planté des tomates. Les plants reprennent sans s’être fanés pourvu que l’on trempe les mottes dans une bouillie d’eau, de tourbe fumée et de terre. C’est une recette que je dois au courtier de Belz, d’Ueberlingen. Nous avons ainsi, dans l’école de la vie, bien des maîtres, et à nombre d’entre eux nous ne devons qu’un enseignement particulier. 17.V.1939, Le Livre de Poche biblio n° 3006 p. 53

-Jean
rss 2 réponses
  1. 7 mai, 2011 | 8:30 | #1

    C’est pourquoi il faut multiplier les rencontres qui sont autant d’occasions supplémentaires d’apprendre quelque chose.
    Uberlingen, j’y ai passé quelques jours dans ma vie antérieure. En janvier, il faisait froid mais le paysage donne à rêver…

    Lui il a écrit Ueberlingen ! C’est le même ?

  2. 7 mai, 2011 | 22:45 | #2

    Tu penses bien que j’avais vérifié ! Ca s’écrit avec un tréma sur le U ! Tout dépend si tu l’écris en français ou en allemand. Mais c’est une ville sur les bords du Bodensee, le lac de Constance, où il a déménagé en 1936.
    J’y suis allée avec mon mari et mes enfants suite à un échange linguistique.

Laisser un commentaire

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE