posts de mai 2011


Dictionnaire de la laïcité

58171lacit.gifQuatrième de couverture : Laïcité, que d’à-peu-près et parfois de (mauvais) coups politiques on commet en ton nom ! Rançon du succès pour une notion qui s’est imposée comme un projet radicalement émancipateur, démocratique et universaliste. Depuis l’adoption, en 1905 en France, de la loi de Séparation des Églises et de l’État, la laïcité n’a jamais cessé d’être l’objet d’attaques, de remises en cause à l’école, à l’hôpital, dans les services publics, dans la vie quotidienne de chaque citoyen, quand elle n’est pas victime de détournement de sens. Ouvrage engagé, ce dictionnaire défend l’idée que la laïcité est le ciment d’un « bien vivre ensemble » et que le principe de séparation des Églises et de l’État fait son chemin en Europe comme dans le monde du XXIe siècle. Il vient fort à propos rappeler les fondamentaux et clarifier les termes de débats dont la laïcité est le pivot ou l’otage et, probablement, l’une des clefs des choix électoraux de la décennie. • Des textes introductifs pour mieux comprendre la laïcité, en France et à travers le monde ; • 240 entrées de « agnostique » à « Zola » en passant par « catholicisme » et « islam » ; • Des renvois pertinents pour affiner ses recherches ; • Une bibliographie et une sitographie permettant de prolonger la réflexion. Ce dictionnaire est le fruit du travail d’une cinquantaine de chercheurs, d’historiens, de sociologues, d’avocats, de journalistes. Il a été codirigé par Martine Cerf, secrétaire générale de l’association EGALE (Égalité-Laïcité-Europe) et Marc Horwitz, membre fondateur de l’association EGALE.

Albert Gustaf Aristides Edelfelt (1854-1905) : Bons amis – 1881

57046albertgustafaristidesedelfelt.jpg

1er prairial An CCXIX

Ma faulx n’a fait tomber les foins de la Prairie
Que pour nourrir l’hiver les utiles troupeaux
De même j’aurai soin des carressans oiseaux
Que ton brulant amour fait éclorre à la vie

58168prairial.jpg

58268prairial.jpg

Daniel Cordier (1920- : Alias Caracalla

58169aliascaracalla.jpgPlus je réfléchis, plus ma première intuition me semble juste. Ce n’est pas l’armée française qui a perdu la guerre, mais quelques militaires et civils « vendus » qui livrent le pays à Hitler, et cette conspiration a pour chef Pétain. Gallimard, 2009, Folio, n° 5206, p. 34

58-169

Réflexion : Avoir un grand contrôle de soi est une des preuves de l’intelligence.

Réflexion : Le début de la sagesse, c’est moins de trouver des réponses que de savoir se poser les bonnes questions.

Perso : 13 frimaire de l’An 161.

Kristina

57079kristina64.jpg

Comme avec des ciseaux, la femme, avec ses cuisses qui s’ouvrent,
coupe les gerbes de nos désirs.
Jules Renard ( 1864-1910) – Journal, 1887

Gustave Courbet (10-06-1819-1877) : Zélie Courbet – vers 1843

58168portraitofzeliecourbetc1842.jpg

Paul Eluard (1895-1952) : Air vif

J’ai regardé devant moi
Dans la foule je t’ai vue
Parmi les blés je t’ai vue
Sous un arbre je t’ai vue

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l’eau et du feu

L’été l’hiver je t’ai vue
Dans ma maison je t’ai vue
Entre mes bras je t’ai vue
Dans mes rêves je t’ai vue

Je ne te quitterai plus.

Manuscrits

58167robespierre.jpgLes descendants de Pierre François Joseph Le Bas (1762-1794), ami de Robespierre, étaient en possession de manuscrit inédits de l’Incorruptible. Il s’agit notamment de 113 pages de brouillons, rédigées entre janvier 1792 et juillet 1794. Ce sont les manuscrits de premier jet, du « Discours des Jacobins sur la guerre« , le 25 janvier 1792, à celui qu’il prononce la veille de sa mort, le Discours du 8 thermidor, le 26 juillet 1794. L’ensemble réunit les fragments de cinq discours et quatre articles, ainsi que des notes éparses et une lettre à un correspondant inconnu sur le fond de sa philosophie : le rapport difficile entre bonheur et liberté. Ces documents resteront en France, l’état ayant fait jouer son droit de préemption, lors de la vente d’aujourd’hui. 

58044130124039f32edf9650.jpg

58036lecturesouslesarbres.jpg

Jean-Jacques Pauvert : Métamorphose du sentiment amoureux.

58166metamorphosedusentimenterotique.jpg

Quatrième de couverture : Que peut donc être devenu l’érotisme ? Je n’en sais pas grand-chose. Peut-être, et certains indices paraissent le suggérer, subsiste-t-il en secret. Rendu, en somme, à cette ombre originelle d’où quelques révoltes très circonscrites avaient voulu le tirer, en quelques circonstances historiques ? C’est bien possible. Je le souhaite, en tout cas. Une recherche aux accents intimistes, confidentiels, que Jean-Jacques Pauvert aborde avec prudence et dont il ne ressortira qu’à pas feutrés. Lui qui a mené toutes les batailles de l’érotisme ne sait plus aujourd’hui quelle est sa place. Qu’avons-nous gagné ? Avons-nous perdu ? À travers une chronologie minutieuse, remontant aux premières traces d’une sensibilité écrite, il évoque les multiples métamorphoses de ce sentiment aussi fondamental que controversé, parvient à en saisir le trouble et peut-être l’essence. L’érotisme a fait long feu, il n’existe plus qu’émietté. Pour autant l’histoire n’est pas terminée, dit-il. L’érotisme n’a pas fini de nous faire rêver…

97) livre

58127laetitiacastalecture.jpg

Kamille Corry (1969-

58122camillecorry.jpg

Je vais présenter au monde Celui qui a tout vu, Connu la terre entière, Pénétré toutes choses Et partout exploré…. Rappel de son œuvre (les murailles d’Uruk). Ses aventures qu’il a consignées par écrit. Hommage rendu à ses vertus et à ses hauts faits. Sa personne Dès sa naissance, Était prestigieux ! Dieu aux deux tiers, Pour un tiers homme,…. Ses excès de pouvoirs Dans l’enceinte d’Uruk il va et vient, la tête altière, Pareil à un buffle, Il étale sa force, Rien de comparable au choc de ses armes ; son escorte toujours sur pieds, à ses ordres ; Il opprime les guerriers d’Uruk comme un tyran. Gilgamesh, disent-ils, ne laisse pas un fils à son père (…) Lui, pourtant pasteur d’Uruk, ne laisse pas une jeune fille à sa mère, fut-elle fils d’un preux et même déjà promise.

Décision des dieux de lui préparer un rival : Enkidu. À ces paroles Arruru conçut une image d’Anu, lava ses mains, prit de l’argile, la jetta dans la steppe ; Dans la steppe forma Enkidu le preux. Mis au monde en la Solitude, Puissant bloc de Ninurta, Velu par tout le corps, Il a chevelure De femme, Drue comme ceux de la déesse des orges. Ne connaît ni peuple ni patrie. Vêtu comme Sumuqan (dieu des bêtes sauvages), En compagnie des gazelles, Il broute l’herbe, Avec les hardes, se presse au point d’eau ; Avec les bêtes il boit. Découverte d’Enkidu par un chasseur, dont il détruit les pièges. Compte-rendu à Gilgamesh qui prépare un piège à la créature. Chasseur, emmène avec toi la Courtisane (chanteuse) Shamhat (« joyeuse » en akkadien). Lorsque la harde arrivera au point d’eau, Elle ôtera ses vêtements, Elle dévoilera ses charmes, Et quand il la verra, Il s’approchera d’elle (pour la posséder). Alors sa harde, élevée avec lui, Lui deviendra hostile. Rencontre d’Enkidu avec la Courtisane. Enkidu tombe dans le piège amoureux. (le sexe sublimé vécu à travers chaque chakra, l’homme s’élève et dépasse sa condition animal (chakra de la base))
Les bêtes s’écartent de lui désormais. Il s’attache à la Courtisane qui lui
propose de l’emmener à Uruk, où règne Gilgamesh À la vigueur accomplie Qui pareil à un buffle, L’emporte sur les plus forts.

Enkidu accepte, voulant démontrer sa supériorité sur Gilgamesh. La Courtisane cherche à le calmer par la perspective d’une amitié avec lui lui ont donné une large intelligence. Elle lui raconte deux songes qu’il a faits à son sujet et qu’il a confiés à sa mère. Mets de côté ta fougue, Enkidu : Ce Gilgamesh, Shamash (dieu du Soleil, protecteur de la dynastie) l’a pris en affection Et Anu, Enlil et Éa lui ont donné une large intelligence. 

Fenêtre

5708504ajanelaf.jpg

Friedrich Nietzsche (1844-1900)

58156nietzsche.jpgSi ton œil était plus aigu, tu verrais tout en mouvement.

Adolfo Belimbau (1845-1938)

57050belimbaumujerleyendo.jpg

Jean-Pierre Verheggen : Entre Saint-Antoine et San-Antonio

58163verheggen.jpegTout dire ! Tout parler ! Oser ! Tout écrire ! Tout sembler réussir pour mieux finir par tout
rater ! Tout échouer et en rire ! Tout oser !
L’Académie ? Vingt cadavres debout discutent de l’orthographe exacte du mot
macchabée ! Vingt autres Membres, déturgescents, se livrent à de savants calculs de
probabilités sur les chances de survie du point d’interrogation final ! Puisse-t-il leur être
fatal ! Tout pue, jeunes gens !
Fuyez ! Hâtez le pas ! L’Institution nous rattrape, l’Établissement est à nos portes et l’Art
Officiel nous colle au derche ! Fuyons tous les Cercles ! Fuyons celui des Lecteurs
Disparus ! Fuyons même celui des Lecteurs de Spirou ! Fuyons tout ! Fuyons surtout celui
des Poètes Retrouvés, Gelés, Momifiés ou Assoupis, pour l’Éternité, dans les platitudes
de la convivialité ! Fuyez ces mammouths ! Fuyez leurs mamours ! Fuyez leurs
moumoutes ! En avant toutes !

Léo Kuipers : Lecture intéressante

57219interessantelektuereleokuipers.jpg

Sous le noyer

58162souslenoyer.jpg

1234

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE