John Keats : sonnet
11 juin, 2011 @ 8:14 Poésie

Quand je crains de cesser d’être
Avant que ma plume ait glané mon fertile cerveau,
Avant qu’une pile élevée de livres, dans leurs caractères imprimés,
Renferme, comme de pleins greniers, une moisson bien mûre ;
Quand j’étudie sur la face étoilée de la nuit,
Les vastes symboles nuageux d’un haut poème,
Et sens que je ne vivrai jamais pour retracer
Leurs ombres, avec la main magique de la chance ;
Et quand je sens, exquise créature d’une heure !
Que je ne te verrai jamais plus devant moi.
Que je ne savourerai plus l’enchanteur pouvoir
De l’inconscient amour ! alors sur la grève
Du vaste monde, je me tiens seul, et je médite,
Jusqu’à ce qu’Amour et Gloire plongent dans le néant.

-Jean
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE