posts dans la catégorie 'Ephémérides'


1er messidor An CCXIX

58200messidor1.jpg

Quel repos plein d’attraits goûte la Moissonneuse
Quand aux travaux du Jour succèce un doux Sommeil
Cérès par tes présens tu rends la vie heureuse
Jamais on ne les voit s’évanouir au réveil

58200messidor.jpg

Cérès, écoute les accents
D’un grand peuple, puissant et juste;
Fais naître tes riches présents
Sous son bras fier, libre et robuste.
Il dédaigne l’argent et l’or:
Fer et blé sont les vœux du sage :
Qu’il trouve l’un dans Messidor,
L’autre sera dans son courage.

Juin

58200lestrsrichesheuresduducdeberryjuin.jpg

Gracchus Babeuf (23-11-1760/27-05-1797)

58175gracchusbabeuf.jpgLa terre n’est à personne, les fruits sont à tout le monde.

1er prairial An CCXIX

Ma faulx n’a fait tomber les foins de la Prairie
Que pour nourrir l’hiver les utiles troupeaux
De même j’aurai soin des carressans oiseaux
Que ton brulant amour fait éclorre à la vie

58168prairial.jpg

58268prairial.jpg

Mai

58200lestrsrichesheuresduducdeberrymai.jpg

1er floréal An CCXIX

Sitôt que FLORE en sa magnificence,
Promet dans Ses présens des trésors aux Humains
On aime à voir la candeur l’innocence
Que la Jeune Beauté couronne de Ses mains

58138floreal.jpg

58138floral.jpg

Avril

58300lestrsrichesheuresduducdeberryavril.jpg

1er germinal An CCXIX

Tout végète & s’anime au retour du Zéphir
La Nature à ses Lois ramène nos désirs
Et l’Âge le plus pur apprend des Tourterelles
Qu’il est doux de s’unir & de s’aimer comme elles

58107germinal.jpg

58106germinal.jpg

Origine

1er mars

58107lestrsrichesheuresduducdeberrymars.jpg

1er ventôse An CCXIX

58119ventose.jpg

La Nymphe du Rivage aux Poissons fait la guerre
Dans ce Mois où les Vents déchaînés par les eaux
Les font rentrer au Fleuve & rendent à la Terre
La Prairie où les Fleurs ramènent les Oiseaux

580456ventse.jpg

 

février

58107fevrierrichesheuresducberry.jpg

1er pluviôse An CCXIX

58113pluviose.jpg

580455pluviose.jpg

Sous un léger tissu s’achemine au Boccage
La Nymphe au doux Nectar apportant son trousseau
Bravant Pluie et Hiver, brulante en ce bel âge
Des feux qui vont l’unir à son cher Pastoureau

Jean Limbourg : janvier

58044lestrsrichesheuresduducdeberryjanvier.jpg

1er nivôse An CCXIX

œ 58045nivosefemme.jpg

58045nivse.jpg

Lorsque nous ne voyons ni feuillage ni fleurs,
Ni les brillans essaims qui fourmoient leurs Cortèges
Est-il charme plus doux plus puissant sur nos cœurs
Que les feux qu’une Nimphe allume au sein des Neiges !

Jean Limbourg : Décembre

58044limbourgjeanlestresrichesheuresduducdeberrydecembre.jpg

1er frimaire An CCXIX

58045frimaire.jpg

Pouvons nous de l’hiver sous nos heureux climats
Redouter les rigueurs lorsque la chasseresse
Dans les bois effeuillés affrontant les frimas
Décoche sur un Daim ses traits avec adresse

58146frimaire.jpg

Novembre

57331novembre.jpg

1er brumaire An CCXIX

57323brumaire2.jpg

57323brumaire.jpg

 

Raymond Richard : Le bel automne est revenu

À pas menus, menus,
Le bel automne est revenu
Dans le brouillard, sans qu’on s’en doute,
Il est venu par la grand’route
Habillé d’or et de carmin.
Et tout le long de son chemin,
Le vent bondit, les pommes roulent,
Il pleut des noix, les feuilles croulent.
Ne l’avez-vous pas reconnu ?
Le bel automne est revenu.

1er vendémiaire An CCXIX

57292vendmiaire.jpg

Point.com

57292vendmiaire2.jpg

1er fructidor An CCXVIII

1er fructidor An CCXVIII dans Ephémérides 57-261-fructidor-57-261-frutidor- Calendrier dans Ephémérides

29 août, pluvieux

Entendu : Il n’y a rien à voir et c’est ce qui perturbe les astronomes. 070829trouuniverscmb.jpgLes 27 radiotélescopes basés dans l’état du Nouveau-Mexique (Ouest des Etats-Unis) ont déniché un trou spatial qui ne contient ni galaxies ou étoiles. Que du vide.

Trou noir?

La zone située dans la direction de la constellation de l’Eridan est large d’un milliard d’années-lumière. A bord d’un vaisseau pouvant aller à la vitesse de la lumière, il faudrait un milliard d’années pour traverser ce trou. «Du jamais vu et pas normal», selon les astrophysiciens de l’université du Minnesota. Car il ne s’agit pas d’un trou noir. Les observations des télescopes ne révèlent pas la présence d’un champ gravitationnel intense : l’absence de rayonnement et donc l’obscurité n’est donc pas le résultat d’une lumière aspirée par un astre massif.

Frigo à lumière

Devant l’étendue gigantesque de cet objet sidéral éloigné de 6 à 10 milliards d’années-lumière de notre globe, les explications ne se bousculent pas. Une hypothèse tient pour l’instant la corde. La zone serait l’empreinte d’une zone opaque de l’univers. Les scientifiques ont décelé des radiations émises 380.000 ans après le Big Bang, les restes d’une lumière émise juste après la formation de l’univers. A cette époque, les températures étaient si importantes que la matière et la lumière se seraient amalgamées pour donner naissance à l’«énergie noire» totalement opaque.

Depuis, le mercure aurait chuté de manière vertigineuse, atteignant les -270 °C, le 0 absolu, température réellement mesurée par les télescopes du Nouveau-Mexique. D’où la désignation utilisée par les astrophysiciens pour explique le phénomène: un «cold spot» (ndlr : tache froide). Dans cette région, toute particule émettant des ondes lumineuses perdra son énergie. Et donc sa luminosité.

“Non seulement personne n’avait jamais trouvé un vide aussi grand, mais nous n’avions jamais même prévu d’en trouver un de cette taille,” commente Laurent Rudnick (University of Minnesota). Rudnick, avec Shea Brown et Liliya R. Williams, également de l’Université du Minnesota, ont rapporté leurs résultats dans un papier accepté pour publication dans Astrophysical Journal.

Les astronomes savaient depuis des années que, sur de grandes échelles, l’Univers a des régions “vides”, c’est à dire en grande partie dénuées de matière. Cependant, ces vides sont beaucoup plus petits que celui trouvé par Rudnick et ses collègues. “Ce que nous avons trouvé n’est pas normal, basé sur les études d’observations ou sur les simulations sur ordinateurs de l’évolution à grande échelle de l’Univers,” ajoute Williams.

Date :

1911 : Ishi, dernier indien yahi, dont le vrai nom est inconnu (ishi signifie homme en Yahi), se rend dans la ville d’Oroville où il est capturé.

11 août, soleil

Moi : Ce soir Joulaïe partait en vacances. Depuis hier soir elle était euphorique. Elle m’a promit une carte mais ne pourra pas m’envoyer de messages parce qu’elle n’a pas de chargeur de mobile pour la voiture. On a été hier et aujourd’hui très proche. Je lui ai parlé de mes contes sur le blog. Db a été jalouse d’une femme que j’ai trouvé jolie aujourd’hui : vrai moment de plaisir, surtout quand elle a rougit. Elle a cherché toute la journée à se rapprocher. Elle n’aura que moi durant deux semaines.

Date : Bataille des Thermopyles.

480 avant notre ère, les Perses, menés par Xerxès, fabriquent deux ponts de bateaux sur l’Hellespont pour envahir la Grèce. D’après Hérodote, c’est une armée de 2 millions d’hommes qui déferle du nord et une puissante flotte de 1 207 trières (plus de 500 000 hommes) qui s’approche des côtes hellènes. C’est le début de la deuxième guerre médique. Août 480, 300 guerriers originaires de Sparte menés par leur roi Léonidas décident de retarder l’ennemi qui se dirige vers Athènes pour l’incendier. Seul passage entre la Thessalie et la plaine de l’Attique, un étroit défilé coincé entre la montagne et la mer, les Thermopyles. Durant 3 jours, les Spartiates tiendront tête héroïquement aux assaillants en surnombre avant de succomber jusqu’au dernier autour du cadavre de leur roi.

Entendu : On paie les musiciens à la fin du bal. Expression qui doit avoir le même sens que : L’avenir nous le dira !

Photo : Retrouvé ce soir, la beauté de Sonia Rolland !

070811soniarolland.jpg

10 août, crachin

Réflexions : Comment ne plus voir une personne (Jul et Db) quand elle se rapproche dès que l’on s’éloigne un peu ?

Savoir discerner le vrai du faux, c’est peut-être tout simplement la véritable intelligence.

Mon environnement : Depuis hier les forains installent leurs manèges sur la place pour la fête patronale.

Le ruisseau à l’entrée du village ne faiblit pas. Une belle eau claire traverse la route et va à la rivière.

Cuireuse rencontre ce soir : une petite Fleur avec ses parents. Blondinette aux bleus.

Commémoration : 1792. Cet été-là est orageux. Depuis avril, la France est en guerre contre l’Autriche. Elle le sera bientôt contre la Prusse. Paris est électrique. Pression extérieure, échauffement intérieur, avec un roi qui refuse les décrets de l’Assemblée législative. Le 20 juin déjà, la foule a envahi les Tuileries, coiffant Louis XVI d’un bonnet phrygien qui le fera passer pour un pitre…

Le 1er août, on apprend à Paris que le duc de Brunswick, commandant des troupes ennemies, menace la ville de destruction s’il devait être fait le moindre outrage à la famille royale. L’insurrection monte. Et est amplifiée encore par les «fédérés», volontaires de l’armée française, qui arrivent des provinces.

Ainsi les Marseillais, révolutionnaires exaltés, entrent-ils à Paris en entonnant, le «Chant de guerre de l’armée du Rhin» qui deviendra «La Marseillaise».

Le tocsin sonne dans la nuit du 9 au 10 août, au matin duquel se constitue la «Commune insurrectionnelle de Paris». Louis XVI et sa famille sont aux Tuileries, entourés par leurs Gardes Suisses, un certain nombre de gentilshommes et des gardes nationaux, ceux qui ne sont pas encore passés du côté de la Révolution. Les Gardes-Françaises ont quant à eux quitté le bateau depuis belle lurette.

Ce jour-là, le peuple va envahir les Tuileries… alors que le roi a quitté les lieux dès 8h30 du matin pour se réfugier auprès de l’Assemblée.

Le premier assaut est donné à 9h30. Les combats dureront jusqu’à 16h30. Entretemps, Louis XVI aura fait transmettre l’ordre aux Suisses de déposer les armes et de retourner dans leurs casernes. Au vu du climat paroxystique qui règne ce jour-là aux Tuileries, c’est de fait une véritable condamnation à mort.

Les Suisses, appelés depuis des décennies à assurer principalement des tâches de police, détestés par les Gardes-Françaises qui sont passés du côté de la Révolution, ancrés dans leur fidélité à un monarque accusé de pactiser avec l’ennemi extérieur, sont à ce moment-là haïs par la population.

Le carnage sera à l’échelle de cette haine. Des soldats sont égorgés, d’autres littéralement découpés en morceaux… Bonaparte notera que «des femmes bien mises se portent aux dernières indécences sur les cadavres des Suisses».

«Jamais, depuis, aucun de mes champs de bataille ne me donna l’idée d’autant de cadavres que m’en présentèrent les masses de Suisses [...]» dira-t-il.

Combien d’entre eux mourront-ils ce jour-là? Les chiffres fluctuent selon les ouvrages: 760, 630… L’historien franco-suisse Jacques Czouz-Tornare revoit ces chiffres à la baisse en parlant quant à lui de moins de 400 victimes, plus 70 environ lors des exécutions qui suivront en septembre.

Quoi qu’il en soit, devant le succès des insurgés, l’Assemblée prononce la suspension du roi. Le 10 août 1792 met brutalement fin à treize siècles de monarchie en France.

Mais le massacre des Gardes Suisses reste présent dans certaines mémoires. «Ils ont quitté leurs casernes, celle de Rueil en particulier, pour aller défendre le roi. Et ils savaient que ce n’était pas pour une partie de plaisir: ils avaient enterré leurs drapeaux dans la cour de la caserne», raconte Liliane Kalenitchenko, conservatrice du Musée de Rueil-Malmaison, qui inclut le Musée Franco-Suisse.

Avant d’ajouter : «Leur drapeau portait la mention « Honneur et fidélité ». C’est d’ailleurs ce qui leur a été reconnu par tout le monde. Une fois qu’ils avaient prêté serment, c’était ‘à la vie, à la mort’, ils l’ont prouvé le 10 août 1792».

Pour l’historien Pascal Payen-Appenzeller, la création du musée de Rueil est une petite revanche. «Si nous avons été massacrés aux Tuileries, c’est parce que nous avions remplacé les Gardes-Françaises, qui avaient décampé. Jamais nous n’aurions dû être là».

Point de vue discutable, puisque les Gardes Suisses étaient eux aussi les gardes des châteaux du roi. A noter que l’enthousiaste historien, pour évoquer les Gardes Suisses, dit «nous» ou «on» comme les supporters de foot lorsqu’ils parlent de leur équipe nationale !

En novembre 2005, le ministre suisse de la défense, Samuel Schmid, alors président de la Confédération, profita d’un voyage officiel à Paris pour se rendre au Musée de l’armée, Hôtel des Invalides, et y assister à l’apposition d’une plaque à la mémoire des Gardes Suisses.

Une plaque originellement destinée à la Chapelle expiatoire de Louis XVI, là où se trouve le charnier des soldats suisses tués le 10 août 1792. Mais le ministère français de la culture refusa cette demande, formulée par une association suisse baptisée «Fondation 1792».

Alors que les autorités fédérales passeront délicatement sur l’affaire, d’aucuns parleront de «camouflet» à l’encontre de la Suisse. Une pétition circule d’ailleurs pour que la France revienne sur sa décision…

Mais peut-être un jour cette plaque trouvera-t-elle une place encore plus légitime que la Chapelle expiatoire. Car depuis 2002, faisant suite à de nombreuses autres initiatives, existe un «Comité national pour la reconstruction des Tuileries». Y siègent notamment l’ancien politicien Philippe Seguin, l’écrivain Maurice Druon ou l’historien Jean Tulard.

Et Edouard Secrétan, d’origine suisse. «La première chose qu’il a demandée, en cas de reconstruction des Tuileries, c’est que la plaque soit placée au pied de l’escalier des Tuileries», souligne Liliane Kalenitchenko… elle aussi fervente partisane de la reconstruction du palais.

3 août, ensoleillé

Petite attention :

07110342nighthawks.jpg

Edward Hopper “Nighthawks”

Moi :
Petite chamaillerie avec Db ce matin qui m’a annoncé qu’hier soir elle avait bu plus que de raison. Devant ma colère elle n’a pas su quoi répondre. Est-elle donc si influençable ?
Ce soir au jardin j’ai cueillit des mures. Elles étaient un peu acides. Je vais attendre pour cueillir les suivantes.
Les filles sont montées à Francfort cet après-midi chez Ikea.

Commémoration :

3-8-1492

Selon l’édit d’expulsion signé le 31 mars par les souverains espagnols Isabelle et Ferdinand, tous les juifs doivent avoir quitté l’Espagne à cette date. Tout juif non baptisé qui s’y trouve encore après est passible de mort.

3-8-1603

Au cours d’un autodafé à Lisbonne, Tharmar Barrocas, Antonio de Aguilar, Isabella de Valle et son frère Pedro Serrao sont brûlés sur le bûcher, ce dernier après avoir été garrotté. Diogo da Assumcao, moine franciscain converti au judaïsme, est exécuté lui aussi. Toujours bon de raviver la mémoire.

2 août

hokusaiponthida.jpg

Un pont de liane ! Et si c’était l’image même de la toile ? Un lien fragile entre les êtres et qu’il faut soigneusement entretenir !

Moi : Aujourd’hui, seul avec Julie ou tout comme. Elle me raconte chaque jours les petits faits de sa vie : le réveil ce matin au côté de son copain et sa difficulté à le quitter ; le jeune homme de 19 ans qui la drague, alors qu’elle a six ou sept ans de plus que lui ; l’amour que son papa lui porte ; sa préférence pour l’un de ses neveux…

Je lui parle de ce blog en lui disant qu’il lui arrive d’alimenter ma chronique du soir.

Commémoration : A Joncherey, Jules-André Peugeot, militaire français, est tué par une patrouille allemande. Il est le premier soldat français mort au cours de la Première Guerre mondiale. (° 11 juin 1893).

Db : Elle est toujours absente le jeudi. Elle me manque. Plus le temps passe plus elle est mystérieuse pour moi. Est-elle vraiment aussi fragile qu’elle ne le dit ?

31 juillet, estival

Moi : L. est arrivée hier.

Commémoration : Jour anniversaire de la mort de Jean Jaurès qui a dit : Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire.”

30 juillet

Commémoration : Naissance d’Emily Bronté en 1818, auteur Des Hauts de Hurlevent.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE