posts dans la catégorie 'Femme : Lecture'


64-131

CiRGyrBXIAQDyQ9

 

64-131

IMG_2798

http://lemondedesylvie.over-blog.com/

64-143

IMG_3470-

64-131

IMG_3333

64-131

IMG_3353

Evgeny Baranov

57050baranoveveningreadingleyendo.jpg

Sebastian Boada : Lecture sous le parasol

57050boadasebastireadingundertheparasol.jpg

Migdalia Arellano : Le Journal intime

57216ma4742.jpg

Edward Coley Burne-Jones (1833-1898) – La Fille du roi – 1866

57050burnejonesedwardcoleyprincesssabra.jpg

Gino Severini (1883-1966) : La marquise Marie de Seta

57239ginoseverinilamarchesamariadeseta.jpg

On peut énumérer les qualités d’un bon écrivain, mais celles d’un grand écrivain échappent à toute analyse. On ne peut pas plus définir ce qui rend son style inimitable et personnel qu’on ne peut expliquer pourquoi une voix est unique.
Willa Cather, Not Under Forty

Albert André (1869-1954)

57217albertandr.jpg

Hélène Schjerfbeck (1862-1946)

57267heleneschjerfbeck.jpg

En plus…
Il me semble que jusqu’à ce qu’un homme ait lu tous les livres anciens, il n’a aucune raison de leur préférer les nouveaux
Montesquieu. Les lettres persanes.

Pablo Ruiz Blasco y Picasso (1881-1973) : Femme assise – 1903

57196picassofemmeassise1903.jpg

Marie Fox

57235mariefox.jpg

Plus… 

Ne pas perdre la page…

57161lecture.jpg

Léopold Batut (1856-1902)

57050batutlopoldjovenmujerconlibroleye.jpg

Antonio Mancini (1852-1930) : La Lecture – 1911

57219antoniomancinilalecture1911.jpg

Mark Arian : Moment intemporel

57117timelessmomentsmarkarian.jpg

Nina Leen

57050ninaleenmodeljeanpatchettmodelingcheapwhitetouchesthatsetoffexpensiveblackdress.jpg

Mosè Bianchi (1840-1904) : La lettrice – 1867

57050bianchimoslalettriceleyendo.jpg

Plus que toute autre création humaine, le livre est le fléau des dictatures.
Albert Manguel – Une histoire de la lecture, 1996

Albert Gustaf Aristides Edelfelt (1854-1905) : Bons amis – 1881

57046albertgustafaristidesedelfelt.jpg

58036lecturesouslesarbres.jpg

97) livre

58127laetitiacastalecture.jpg

Adolfo Belimbau (1845-1938)

57050belimbaumujerleyendo.jpg

Léo Kuipers : Lecture intéressante

57219interessantelektuereleokuipers.jpg

Gustave Courbet (1819-1877) : Juliette Courbet – 1841

57162juliettecourbet.jpg

Gustave était l’ainé de quatre sœurs. Juliette était née en 1831. 

Jacques Joseph Tissot (1836-1902) : La lecture d’une histoire

57038lecturetissot.jpg

Plus…

Montréal : lecture

57226montrealreading.jpg

Source 

Calendrier mai 1936

57245maio1936.jpg

Plus… 

Victor Tardieu (1870-1937)

57070tardieuportraitdefemmeassise.jpg

Jeanne Duval

57218jeanneduval5.jpg

Artodyssée 

Eugène Feyen (1815-1908) : La Lecture interrompue

57279feyen.jpg

Rêverie

57183livrereverie.jpg

Carol Block

57050blockcarolpeacefulmomentleyendo.jpg

Plus… 

Lesen

57025lesen.jpg

Otto Scholderer (1834-1902) : Lesendes Mädchen – 1883

57022ottoscholdererlesendesmdchen.jpg

N’y a-t-il pas dans la mentalité des gens, même, surtout chez ceux qui ne lisent pas, la croyance que le livre est sacré ? On ne jette pas un livre, on ne brûle pas un livre, on n’abîme pas un livre, on en prend soin, on le range, on le classe, on en est fier. Bernard Pivot, Le Métier de lire, p. 39

Last night party – Urban Pinup Jennica

57177lastnightpartyurbanpinupjennica500.jpg
Source
Chacune de nos lecture laisse une graine qui germe.
Jules Renard
(1864-1910)

Jean-Jacques Henner (1829-1905) : Beauté lisant un livre – 1870

56310henner.jpg

Pin-up

57016pinupelvgren2.jpg

David Hettinger

57157hettingerdavid.jpg

Lire, c’est emprunter, en tirer profit, c’est rembourser sa dette.
Georg Christoph Lichtenberg (1742-1799)

Robert Duflos (1898-1929) : Nu allongé

58125nuallongparrobertduflos18981929.jpg

Il n’est pas facile de trouver la position idéale pour lire.
Italo Calvino

Utagawa Kuniyoshi (1798-1861)

57226406pxkuniyosutagawakuniyoshi17981861.jpg

On entre dans un livre comme dans un wagon, avec des coups d’œil en arrière, des hésitations, l’ennui de changer de lieu et d’idées. Quel sera le voyage ? Quel sera ce livre ?
Jules Renard 15 février 1890
Bonus

David Hettinger

57157davidhettinger.jpg

Lire est doux ; relire est – quelquefois – plus doux encore.
Émile Faguet (1847 – 1916)

William Bouguereau (1825-1905) : Le Livre d’histoires

57014bouguereau.jpg

La lecture d’un roman jette sur la vie une lumière.
Louis Aragon (1887-1982)

Nikolaus Gysis (1842-1901)

57183lecturegysis11.jpg

David Hettinger

57157dhettinger.jpg

Vincent van Gogh (1853-1890) – La lectrice de roman – 1888

57010vincentvangoghlalectricederoman1888.jpg

Saly Mann : Vénus after school – 1992

58111venusafterschool1992000784849.jpg

Janela

57085janela.jpg

Il bniet fil bonnet għall qari kotba

57280b564083.jpg

Henry Taylo Lamb (1883-1960) : son épouse Margaret – 1933

5710henrylambtheartistswife1933.jpg

Les livres ont les mêmes ennemis que l’homme: le feu, l’humide, les bêtes, le temps; et leur propre contenu.
Paul Valéry

Fernand Toussaint (1873-1956)

57046fernandtoussaint.jpg

L’art du portrait 

Philippe Jacquot (23-04-1966/

57218philippejacquot.jpg

On doit lire tous les écrivains deux fois, les bons et les mauvais. Les uns, on les reconnaîtra ; les autres, on les démasquera.

Karl Kraus

Lawrence Gipe

57004artpick.jpg

 Je demande à un livre de créer en moi le besoin de ce qu’il m’apporte.
Jean Rostand

Claudie Dickson

57085janela2.jpg

Lecrture 27

57038lecture27.jpg

Notre vie est un livre qui s’écrit tout seul. Nous sommes des personnages de roman qui ne comprennent pas toujours bien ce que veut l’auteur.
Julien Green

Maurice Quentin de La Tour (1704–1788) : Mme de Pompadour

56323pompadour6.jpg

On doit lire tous les écrivains deux fois, les bons et les mauvais. Les uns, on les reconnaîtra ; les autres, on les démasquera. Karl Kraus (1874-1936) : Aphorismes

Gerard ter Borch (1617-1681) : Gesina – vers 1650

57242girlinpeasantcostumeprobablygesinathepaintershalfsisterca1650.jpg

Bonus 

Ozias Leduc (1864-1955) : Liseuse

56276liseuseleducosias.jpg

Leduc peint ici sa jeune soeur. La lecture est un de thème qui l’a souvent inspiré. 

Pierre Mornet (16-06-1972-

57237mornet058.jpg

Bonus 

Lecture 24

57038lecture24.jpg

Henri Manguin (1874-1949) : Jeanne à la robe rayée blanc et rose – 1900

56332manguin.jpg

Jeanne à la robe rayée blanc et rose

Carl Spitzweg (1808-1885) : La lettre d’amour – 1845-46

57038spitzweg37.jpg

Pub pour Vaughan Basett, marchand de meubles

57267vintagepinupgirlwithbookcropped1.jpg

Pierre Laprade (1875-1932) : Femme lisant

57218lapradefemmelisant.jpg

Angelo Morbelli (1853-1919) – Le première lettre – 1890

57067laprimalettera.jpg

Musée !

57055lecture3.jpg

Alfred Stevens (1823-1906) : La jeune Fille lisant

56326jeunefemmelisant.jpg

Gérard Ter Borch (1617-1681) : Femme lisant une lettre – v. 1662

57240aladyreadingaletterlarge7.jpg

En plus… 

David Hettinger

57046davidhettinger.jpg

Plus… 

Oleg Kosirev

56326olgkosirevlecture.jpg

Plus… 

Oleg Kosirev

56326olegkosirev.jpg

Lettre

57309zyeuter.jpg

Robert Tracy (Lafayette 1948 :

57272roberttracy3.jpg
Dès que j’ai su lire, les livres sont devenus mon refuge de prédilection. C’est la lecture qui m’a permis de grandir, de survivre au cahier volé, à mon état de jeune femme mariée, à ma maladie ! (…) Le Livres, c’est comme, pour d’autres, un parti politique, ça fait tenir debout ! Moi, les livres me tiennent debout, je ne peux pas imaginer mon existence sans eux.

Lucie Wisperheim : Les non-dits de Régine Desforges, Le Livre de Poche n° 14635 p. 53

Giovanni Francesco Barbiéri (1591-1666) : La Sybille

57050barbierigiovannifrancescolasibylle.jpg

Delphin Enjolras (1857-1945) : La Lettre

56298theletterdelphinenjolras.jpg

Lorsqu’on est aussi éloigné que nous le sommes, celui qui écrit une lettre encourt facilement le danger d’arriver mal à propos chez son correspondant, soit que celui-ci ait déjà une autre visite, soit qu’il veuille rester tout seul à ce moment-là ou qu’on le dérange justement à l’heure de son  » grand ménage intérieur… ».

Gertrud Kolmar (1894-1943) – Lettres – p. 135

Play Boy

5723020090317bustygirlreading.jpg

JuanIgnacio Burguete Albalat : La Lettre anonyme

57050burguetejuanignacioleyendounanota.jpg

Bonus 

Delphin Enjolras (1857-1945) : La Lettre

56298theletterdelphinenjolras.jpg

Sur la paille

57148gmtnebnthm03ay8zhfsrzzwho1500.jpg

(?)

56291lecturea.jpg

Portrait

57044softportrait74.jpg

Chen Bolan (1955- :

57266womanreadingbathchrisbolan.jpg

Bonus 

Tom Oulelette : La Lettre – 2005

57291tomouellette.jpg

A la plage

57281270485494837aa77d800.jpg

Fernand Toussaint (1873-1956) : La Lecture abandonnée

56323toussaint.jpg

Dante Gabriel Rosetti (1828-1882)

57183livrethedaydreambydantegabrielrossetti.jpg

Sandra Batoni

57050batonisandramujerynialeyendo.jpg

Camille Corot (1796-1875) : La Lecture interrompue – v. 1870

56310corot.jpg

The Art Institute, Chicago.

Lors de ses longues séances d’études de la figure humaine Corot cherche à rendre avec le plus grand réalisme possible et une parfaite précision visuelle les couleurs des vêtements portés par son modèle, qu’ils soient vivement colorés ou en ton sur ton. Ensuite, il s’attarde à décirie les postures des jeunes femmes, trouvant dans leurs attitudes une infinie succession de mises en scène, envisageables ensuite dans telle ou telle composition mythologique ou biblique. Enfin, il insuffle dans ses œuvres une double poésie, provoquée par la langueur de la jeune fille, tour à tour triste ou rêveuse. Il représente fréquemment le thème de la lecture, qui évoque un univers intérieur et rappelle la figure classique de la mélancolie. Que ce soit dans la Lettre ou dans la Liseuse dans la campagne (vers 1865 et 1869 New-York), Corot cherche à faire du spectateur un voyeur de l’intimité d’une jeune femme concentrée dans ses lectures.

Federico Zandomeneghi (1841-1917)

 

57154federicozandomeneghi6.jpg
L’humanité l’a donné sa souffrance, et je lui ai donné en échange un livre.
On est quittes.
Emile Ajar (1914-1980) – Pseudo

Frédéric Cresseaux

57237cresseaux.jpg

William Morris Hunt (1824-1879) : Jeune fille lisant – 1853

57259smallgirlreading.jpg

Maria Spartali Stillman (1844-1927) : Béatrice – 1895

5727427302400600278ee49d7.jpg

Voir+

Jaffe Mckay : Casual Sex

57228casualsexbymckayjaffe.jpg

 

Jean Etienne Liotard (1702-1789) : Marie Adelaïde de France – 1753

57046jeanetienneliotard.jpg

Allan R. Banks (1948-

57050banksmujerynialeyendo.jpg

Rafael Carrascal Garcia

57191rafaelcarrascalgarcia.jpg

Via

Francis Rodrigues de Oliveira : La Lecture interrompue – 2000

57279walelectureinterompue2000.jpg

Francis Rodrigues de Oliveira

(…) presque tous les livres ont des centres mous, des concavités de hamac. C’est sans doute le creux que l’on voit dans les lits, les fauteuils qui ont servi trop longtemps. Ressorts à changer.

Tony Duvert (1946 – Journal d’un innocent.

Raza Rumi : Mughal Princess Zebunnisa

57226mughalprincesszebunnissamid1600s.gif

Jean-Jacques Henner (1829-1905) : Mélancolie

56210henner1.jpg

Sebasti Boada : Rebecca lisant

57050boadasebastirebeccareading.jpg

La lecture du journal

57174girlreading.jpg

Juan Aleph : Medina

56298medinajuanaleph.jpg

Percy Tarrant (1881-1930) :

57245flowerservicetarrant.jpg

Maurice Ehlinger (1896-1981) : Jeune fille nue lisant, à la campagne

58036mauriceehlinger18961981.jpg

Victor Hugo (1802-1885) : Léopoldine Hugo

56304hugoleopoldinelisant.gif

Ouvre tes mains, et prends ce livre : il est à toi.
Ce livre où vit mon âme, espoir, deuil, rêve, effroi,
Ce livre qui contient le spectre de ma vie,
Mes angoisses, mon aube, hélas ! de pleurs suivie,
L’ombre et son ouragan, la rose et son pistil,
Ce livre azuré, triste, orageux, d’où sort-il ?
D’où sort le blême éclair qui déchire la brume ?

Victor Hugo (1802-1885) , Les Contemplations.

August Macke : Blondes Mädchen mit Buch – 1911

57228machenmitbuch.jpg

Lecture dénudée

57281dsc00569.jpg

Chaïm Soutine (1893-1943) : La femme qui lit – 1941

56291femmequilit.jpg

 

572354006a00df3521f81088330111685da380970c400wi.jpg

Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes.
Heinrich Heine (1797-1856)

Sur le sopha

 

57161lecture02.jpg

Et davantage je vous diray le secret des secrets ;
mais je vous prie, afin qu’il soit secret,
de vous embiguiner le museau du cadenac, et escouter :
ce livre est le centre de tous les livres.

Béroalde de Verville (1526-1626) – Le Moyen de parvenir, XII.

Ignace Henri Jean Théodor Fantin-Latour (1836-1904) -

56291fantinlatourliseues2.jpg

Il meurt à juste titre dans le déshonneur celui qui n’aime pas les livres
et n’a pas confiance en eux.

Anonyme

 

 

Auguste Renoir (1841-1919) : La Lettre – 1891

572353001955908.jpg

Une lettre de l’être aimé, ça se conserve, ça s’embrasse, ça se relit et ça se plie sous l’oreiller, pour faire de beaux rêves.
Camille de Peretti

Lecture…

57261couplegoubettl6.jpg

Aimer quelqu’un, c’est le lire.
C’est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le cœur de l’autre,
et en lisant le délivrer.
Christian Bobin

Nina

57050ninaleyendo.jpg

Nul ne sait vraiment lire qui ne peut déchiffrer son propre cœur.
Anonyme

Jules Seeberger (1872-1932) : Liseuse

56301jseebergerleserin.jpg

Issus d’une famille bavaroise installée à Lyon en 1860 puis à Paris, Jules, Louis et Henri suivent les cours de dessin de l’école Bernard Palissy. En 1891, Jules réalise ses premières photographies et participe avec Henri aux concours annuels de la Ville de Paris (1903-1904).
En 1905, ils commencent à travailler pour des éditeurs de cartes postales, des séries sur Paris avec les frères Kunzli, puis avec l’éditeur Léopold Verger à partir de 1906. Louis les rejoint et, ensemble, ils photographient les grandes villes du Midi, les villégiatures de la Côte d’Azur ou la côte normande, les villes de cure ou de tourisme alpin, les champs de course, les petits métiers des ports ou de la campagne.
En 1909, ils se consacrent à la photographie de mode pour La Mode pratique, puis en 1910 à des reportages sur l’industrie pour l’encyclopédie Le Monde et la Science, tout en assurant le reportage des inondations de Paris. Vers 1925, Jules abandonne la photographie ; Henri et Louis continuent à fournir à la presse des photographies de mode et d’événements mondains jusqu’à la Seconde guerre mondiale.
En 1923, une agence d’Hollywood, l’International Kinema Research, leur commande des photographies documentaires sur Paris pour des décorateurs américains qui devaient recréer en studio le cadre de vie parisien. Ils y travaillent jusqu’en 1931, rejoints en 1927 et en 1930 par les deux fils de Louis, Jean (1910-1979) et Albert (né en 1914).
L’Etat a acheté en 1976 une grande partie de ce fonds. Les Archives photographiques (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine) conservent les 3045 plaques de verre sur le patrimoine architectural, les sites, la vie quotidienne, tandis que la Bibliothèque nationale de France conserve les photographies de mode.

 

En savoir plus…

Delphin Enjolras (1857-1945) :

 

57197lecturedelphinenjolras2.jpg

la lecture est une amitié.
Marcel Proust (1871 – 1922)

Nina Leen

57050ninaleen.jpg

…la lecture est l’apothéose de l’écriture.
Alberto Manguel (1948 – …) – Une histoire de la lecture – 1996

Printemps…

56300lecture.jpg

La lecture véritable surpasse le texte qui est lu, brise ses marges, va plus loin. Le texte est un support presque miraculeux pour que la lecture instaure un monde nouveau.
Roberto Juarroz (1925 – 1995)

Karl Raupp (1837-1918) : Lecture sous un arbre – 1874

56301raupp.jpg

La lecture est ainsi faite de ce que nous savons, de ce que nous apprenons et de ce que nous n’apprenons que parce que nous le savions déjà et de ce que nous savons mieux maintenant parce que nous venons de le rapprendre.
Émile Faguet (1847 – 1916)

Tina Spratt : 2006

57285tinasprattirlandawomanreadingoiloncanvas2006.jpg

lire lentement, c’est le premier principe et qui s’applique absolument à toute lecture. C’est l’art de lire comme en essence.
Émile Faguet (1847 – 1916)

Ignace Henri Jean Théodor Fantin-Latour (1836-1904) -

57184henrifantinlatour18361904.jpg

lire pour se cultiver, c’est l’horreur. lire pour rassembler son âme dans la perspective d’un nouvel élan, c’est la merveille.
Christian Bobin

Belle inconnue à l’Etang salé !

58196etangsalefemmelisantsurlesablenoir.jpg
 » Cette dernière photo est pour Juan. »

Elle lit  » Moonlight becomes you » de Mary Higgins Clark
Mais je suis belle d’être aimée,
Vous m’avez donné la beauté,
Jamais ma robe parfumée
Sur la feuille ainsi n’a chanté,
Jamais mon pas n’eut cette grâce
Et mes yeux ces tendres moiteurs
Qui laissent les hommes rêveurs
Et les fleurs même, quand je passe.

Cécile Sauvage

Marie Laurencin (1883-1956) : La Liseuse – vers 1913

57290marielaurencinlaliseuse.jpg

Un classique est quelque chose que tout le monde voudrait avoir lu et que personne ne veut lire.
Mark Twain (1835 – 1910)

Maria Jose Aguilar Gutierrez : Leyendo unas cartas viejas -1999

57050leyendounascartasviejasmariajoseaguilargutierrez.jpg

Je ne peux plus lire que les livres qui me font travailler. Sur les autres, ma pensée glisse comme sur du marbre. – J’aime à labourer.
Alfred de Vigny (1797 – 1863)

Fresque de Lyon

57211fresquedelyon.jpg

lire ce n’est jamais que fixer un point pour ne pas se laisser séduire, et détruire, par la fuite incontrôlable du monde.
Alessandro Baricco (1958 – …)

Salma Hayek

57286frida03.jpg

Salma Hayek dans Frida

Léopold Schmutzler (1864-1941) : Endormie

56300endormie.jpg

La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.
François Mauriac (1885-1970)

Mary Cassatt (1843-1926) : Le Figaro – 1878

57050leyendolefigaropormary.jpg

Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois.
Pierre Dumayet (1923-

Jozef Israëls (1824-1911)

57228jozefisrals18241911.jpg

J’aime à lire comme une poule boit, en relevant fréquemment la tête, pour faire couler.
Daniel Pennac (1944 – …)

 

Barbara Laage (1920-1988) : 1946

57285barbaralaage.jpg
Tant que la lecture est pour nous l’initiatrice dont les clefs magiques nous ouvrent au fond de nous-mêmes la porte des demeures où nous n’aurions pas su pénétrer, son rôle dans notre vie est salutaire.
Marcel Proust, Sur la lecture

Claude Monet (1840-1926) : La Liseuse – 1872

56276monet1872liseuse.jpg
La solitude est peu de chose en regard des inconvénients des visites, empiétements sur ma liberté ; on veut lire, il faut répondre, dormir, il faut parler, manger vite, rester à table, etc.
Paul Morand (1888 – 1976)

Mary Ferris Kelly : Femme lisant dans l’atelier du peintre

57235551womanreadinginastudymaryferriskelly.jpg
Ne joignez pas les brûleurs de livres. Ne pensez pas que vous allez cacher des défauts en cachant l’évidence qu’ils n’ont jamais existé. N’ayez pas peur pour entrer dans votre bibliothèque et pour lire chaque livre …
Dwight D. Eisenhower (1880 – 1969)

Nina Leen

57050ninaleendebutanteannlincolnreadingwhileshesoaksherfeet.jpg
lire, c’est regarder la mort sans la voir, sans y croire, les yeux béants, les yeux béats.
Camille Laurens (1957 – …)

En poussette

57050poussette.jpg
J’ai pris un cours de lecture rapide et j’ai pu lire « Guerre et Paix » en vingt minutes. Ça parle de la Russie.
Woody Allen (1935 – …)

Frederic Leighton (1830-1896) : Au pupitre

56298atareadingdeskfredericleighton.jpg

Leighton.com
Entendre ou lire sans réfléchir est une occupation vaine ; réfléchir sans livre ni maître est dangereux.
Confucius (- 551 – 479 )

Willem Drosh (1633-1659) : Bethsabée recevant la lettre de David – 1654

 

57272droshfemmeseinnu826.jpg
On peut séduire n’importe qui avec des mots tracés pour lui sur une feuille de papier. C’est un pouvoir extraordinaire, phénoménal, monstrueux, quoique peu usité : la lettre d’amour est d’une efficacité redoutable, mais méconnue.
Camille Laurens (6 1957 – …)

Federico Zandomeneghi (1841-1917) : Lecture à la fenêtre

57154federicozandomeneghirea.jpg
Un livre est une fenêtre par laquelle on s’évade.
Julien Green (1900-1998)

André Kertész (Budapest 1894-1985)

57273kerteszfrance4.jpg
Lire, c’est penser avec un autre, penser la pensée d’un autre, et penser la pensée, conforme ou contraire à la sienne, qu’il nous suggère.
Émile Faguet (1847 – 1916)

Michael Anacher (1849-1927) : Eine junges Mädchen beim Lesen, Maren Sofie Olsen – 1885

56300amichaelpeteranchereinjungesmaedchenbeimlesenmarensofieolsen.jpg

Öl auf Leinwand, 71 x 55,2 cm. Privatbesitz.

Qu’est-ce qu’un livre? Une suite de petit signes. Rien de plus. C’est au lecteur à tirer lui-même les formes, les couleurs, et les sentiments auxquels ces signes correspondent.
Anatole France, Le Jardin d’Epicure.

José Ferraz Almeida Júnior (1850-1899) : Saudade – 1899

57190almeidajniorsaudade1899.jpg

Je suis bien loin de pouvoir expliquer en quoi un mauvais roman diffère d’un bon ; j’appelle mauvais roman un roman où tout se tient, où il n’y a rien à reprendre, mais enfin mauvais. C’est art est bien caché ; toutefois je remarque qu’à chaque nouvelle lecture le bon roman ouvre une avenir neuf.
Alain, Propos de littérature, Éd. Gonthier, Médiations, p.110

Pauline Darley : Louise : La papesse

57281thepopess.jpg

Pandora

Et que je n’oublie pas d’évoquer, à cette heure solennelle où j’écris l’aventure qui a le plus amusé mes amis, l’objet principal que j’ai sans le vouloir sauvé du désastre : le minuscule livre intitulé Ombre, de Gennevray, traduction roumaine parue dans une de ces colletions populaires qui ont nourri et instruit une génération entière, et dont l’éditeur, un juif sans nom dans le monde, a fait faillite et s’est tué.

Panaït Istrati (1884-1935), Pour atteindre la France, Hatier Poche n° 35 p. 100

Joyann Georg Meyer von Bremen (1813-1886) : Das Lesende Mädchen

56298bremenjohanngeorgmeyervondaslesendemadchen1.jpg

En fait, je suis furieuse que la journée, ait si peu d’heures, et que je ne puisse tout lire ! Quand je pense à tous ces auteurs étrangers, italiens, espagnols, anglais, américains, sud-américains, que je n’aurai pas le temps d’approcher, cela me frustre terriblement! Les auteurs français, il m’est facile de les trier, car je les connais davantage. Même en ayant droit à plusieurs vies, je crois que je n’en viendrais pas à bout ! Lucie Wisperheim : Les non-dits de Régine Desforges, Le Livre de Poche n° 14635 p. 52

André Kertész (Budapest 1894-1985)

57273andrekertesz5.jpg

Voir plus…
Ce que le lecteur veut, c’est se lire. En lisant ce qu’il approuve, il pense qu’il pourrait l’avoir écrit. Il peut même en vouloir au livre de prendre sa place, de dire ce qu’il n’a pas su dire, et que selon lui il dirait mieux.

Jean Cocteau
(1889-1963)

Nina Sankovitch

57270ninasankovitch.jpg
«Toute ma vie, j’ai pensé que la littérature était la meilleure thérapie pour traverser les écueils. Il n’y a rien pour vous sortir de votre torpeur comme un bon roman. Même si c’est une activité solitaire, la lecture nous connecte aux autres. On se sent moins seul en compagnie d’un grand auteur qui sait exprimer ce que l’on ressent.»

Nina a lu un livre par jour d’octobre 2008 à octobre 2009

Gyula Benczur (1844-1920) : Femme lisant dans un bosquet – 1875

57050benczurgyulamujerleyendoenelbosque.jpg

Écrire, c’est se souvenir. Mais lire, c’est aussi se souvenir.
François Mauriac (1885 – 1970)

Andres Palma : Ruy leyendo

57050ruyleyendobygreysmith.jpg
Plus…
lire c’est faire l’épreuve de soi dans la parole d’un autre, faire venir de l’encre par voie de sang jusqu’au fond de l’âme et que cette âme en soit imprégnée, manger ce qu’on lit, le transformer en soi et se transformer en lui.
Christian Bobin

Julian Alden Weir (1852-1919) : La Place à la fenêtre – 1889

57244derplatzamfenster.jpg

Dans les bras du livre…

56300lectureb.jpg

… les livres se clarifient, eux aussi, comme le vin dans les caves,
rien que par l’effet du temps et des événements.

Ernst Jünger (1895-1998) – Jardins et routes, Introduction, Le Livre de poche Biblio n° 3006 p. 10

Auguste Renoir (1841-1919) : La Liseuse verte – 1877

Auguste Renoir (1841-1919) : La Liseuse verte - 1877 dans Citatons : lecture 59-007-renoir--252x300
Quand un être cher nous donne un livre à lire, c’est lui que nous cherchons d’abord dans les ligne, ses goûts, les raisons que l’ont poussé à nous flanquer ce bouquin entre les mains, les signes d’une fraternité.
Daniel Pennac (1944 – …)

Chriss : Femme lisant

57259femmelisant.jpg
A Boucan le 17 août 2010

Gino Severini (1883-1966) : Gina sa fille – 1934

Gino Severini (1883-1966) : Gina sa fille - 1934 dans Citatons : lecture 57-239-gino-severini_Portrait-de-Gina-le-fille-du-peintre-1934--218x300

Il faut lire les livres, on ne sort pas de là si on veut décourvrir ce qu’ils contiennent. Quelques tribus les mangent, mais la lecture reste la seul méthode d’assimilation connue à ce jour en Occident.
Edward Morgan Forster (1879 – 1970)

Jean Honoré Fragonard (1732-1806) : La Lettre d’amour – 1770

Jean Honoré Fragonard (1732-1806) : La Lettre d'amour - 1770 dans Femme : Lecture 57-232-Jean-Honoré_Fragonard_-_La_lettre_damour--240x300
Metropolitan Museum of Art, New York
Il est des regards à la tentation desquels personne ne résiste : par exemple le regard sur un accident de la circulation ou sur une lettre d’amour qui appartient à l’autre.
Milan Kundera (1929 – …)

Le CAC 40 baisse ?

Le CAC 40 baisse ?  dans Femme : Lecture 57-226-c-reading-comics-

Pieter de Hooch (1629-après 1684) : Femme lisant une lettre – 1664

Pieter de Hooch (1629-après 1684) : Femme lisant une lettre - 1664 dans Citatons : lecture 57-226-Pieter_de_Hooch_-_Woman_Reading_a_Letter--300x300

Il n’y a encore que les gens qui écrivent qui sachent lire.

Paul Léautaud (1872 – 1956)

Clin d’oeil

 Clin d'oeil dans Citatons : lecture 57-155-magazine--300x225

Tous les livres forment un grand texte inachevable formé dans le matériau de toutes les paroles possibles : ils visent une totalité dont chaque oeuvre particulière représente un infime fragment. Ainsi aucune oeuvre ne peut résumer ou refléter la réalité (comme ils disent !) : un texte fictif, c’est un clin d’œil, l’étincelle jaillie pendant une seconde de distraction de l’histoire. Il me sourit beaucoup de penser que chaque nouvelle création n’est dans ces conditions qu’une portée ou un paragraphe ajoutés à l’œuvre ou au livre, à une réalité étrange, débordante, jamais fermée.
Marc Gendron, Louise ou La nouvelle Julie

William Sergeant Kendall (Spuyten Duyvil, New York, 1869 – Hot Springs, Virginia, 1938) : An Interlude – 1907

William Sergeant Kendall (Spuyten Duyvil, New York, 1869 - Hot Springs, Virginia, 1938) : An Interlude - 1907 dans Citatons : lecture 56-298-KENDALL_William_An_Interlude_1907_SAAM__13-300x291
… il est de nécessité que tout homme apprenne à lire et à écrire avant d’apprendre à penser. 
Tout langage est d’abord ramage et gazouillement, comme des oiseaux.
Alain (1868 – 1951)

4) Brigitte Bardot : Le Mépris – 1963

57241uitzwedenmeegenomen5.jpg

57102bardot.jpg

L’idéal quand on lit, c’est de tout oublier.
Savoir que dans un livre se trouve un ton, qu’on va être étonné, émerveillé, ému à coup sûr, qu’on va sourire, qu’on va connaître un plaisir sans retenue.
Le savoir pendant des années, se retenir d’aller vérifier, puis un jour risquer un œil, pour voir. Et ne pas être déçu.
La grande joie qui nous emplit, que n’a certes pas connue l’auteur du livre.

Gilles Archambault, Les plaisirs de la mélancolie 4289

« La Femme mariée » de Jean-Luc Godard – 1964 : Macha Meryl

57200unefemmemariee.jpg

Moi, j’ai toujours pensé que le cinéma était intéressant
parce que ça permettait de comprendre sans lire.

Jean-Luc Godard

57038lecture02.jpg

C’est ce que j’aime dans la lecture.
Un détail minuscule attire votre attention et vous mène à un autre livre,
dans lequel vous trouverez un petit passage
qui vous pousse vers un troisième livre.
Cela fonctionne de manière géométrique, à l’infini, et c’est du plaisir pur.

Annie Barrows – coauteur : Mary Ann Shaffer,

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates - 7238

Carl Larsson (1853-1919) : Ma soeur aînée – 1908

 

57164myeldestdaughtercarllarsson215367.jpg

Le monde se divise en deux catégories de gens:
ceux qui lisent des livres et ceux qui écoutent ceux qui ont lu des livres.
Bernard Werber

Niels Frederik Schiottz Jensen (1855-1941) – Læsende kvinde – 1894

57047nielsfrederikschiottzjensen.jpg

On ne sait pas quand un livre, un mot, une phrase peut tomber au bon moment dans la tête de quelqu’un et l’aider à changer, à vivre…
Abla Farhoud, Le bonheur à la queue glissante

Lecture 01

57038lecture01.jpg

Certains livres sont faits pour être goûtés, d’autres pour être avalés,
et un petit nombre sont faits pour être mâchés et digérés.
Francis Bacon (1597-1612) – Essais

Vladimir Gusev (1957-

56288lecture.jpg

Sans les livres je n’aurais pas, à l’âge de la crainte,
connu le doute, le dégoût, le sarcasme et le scepticisme.
Antonius Alexis Hendricus Struycken (Fratlamur, 1928)

Max Beckmann (1884-1950) : Femme dans la chemise blanche

57050beckmannmaxmujerleyendo.jpg

La parole n’est qu’un bruit et les livres ne sont que du papier.
Paul Claudel, Tête d’or

Dessin

57055lecture.jpg

Maria Giovanna Peri : Jeune fille lisant – 2005

56281ragazzachelegge200570x.jpg

C’est pour le moins un sort pénible que d’être ce que nous appelons hautement cultivé et de ne pas en jouir: d’assister au grand spectacle de la vie et de ne jamais se délivrer de son être borné, affamé, grelottant – de ne jamais être pleinement possédé par cette gloire que nous contemplons, de ne jamais sentir notre conscience se transformer en ravissement dans la vigueur d’une pensée, l’ardeur d’une passion, l’énergie d’une action, mais de rester toujours un érudit sans inspiration, ambitieux et timide, scrupuleux et de vues obscures.
Comme son nom ne l’indique pas, il s’agit d’une femme dont l’œuvre est archi connue des anglophones; beaucoup moins des français d’aujourd’hui et bien à tort: Proust fut un fervent lecteur d’Adam Bède!
George Eliot

Arthur Hughes (1831-1915) : La parfaite pêcheuse

57047hughesarthurthecompleatangler.jpg

Revues

070902bibliothque.jpg

Lectrice en noir et blanc

127lectrice.jpg

Travail

059nue.jpg

Pierre Colette : La Liseuse – 1997

098colette.jpg

Nathalie Boissonnault : Un petit coin de lecture

 

071023lecture.jpg

Souvent, j’ai accompli de délicieux voyages,
embarqué sur un mot dans les abîmes du passé,
comme l’insecte qui flotte au gré d’un fleuve
sur quelque brun d’herbe.

Honoré de Balzac, Louis Lambert

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE