posts dans la catégorie 'Va savoir !'


Protégé : L’Ordre

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Christophe Colomb (1451-1506)

58113christophecolombgrand.jpgL’historien portugais Manuel Rosa prétend que Christophe Colomb n’était pas le fils d’un pauvre tisserand génois, mais le fils du roi de Pologne et de Hongrie, Ladislas III Jagellon. Celui-ci, contrairement à ce qui a été écrit, ne serait pas mort en combattant les Turcs à la bataille de Varna (1444) mais aurait trouvé refuge sur l’île portugaise de Madère, où il se serait fait appeler Henrique Alemao. Son fils, Christophe Colomb, y serait né. « De nombreux indices prouvent que la femme d’Henrique Alemao s’appelait Anne de Sa Colona, un nom très proche du nom espagnol Colón, n’est-il pas ? », précise l’historien Rosa qui, pour renforcer sa théorie ajoute que, tout comme Christophe Colomb, Alemao avait « des cheveux roux, des yeux bleus et une peau claire, soit des caractéristiques physiques propres aux gens du nord et de l’est de l’Europe ».

Alexandre Dumas (1802-1870): Le Chevalier de Sainte-Hermine

58161dumas.jpgJ’ai vu entre les mains de M. de Montholon l’original du billet annonçant à Hudson Law la mort de Napoléon.
Il était en trois endroits corrigé de la main de Napolèon lui-même.
Ainsi Napoléon en mourant s’arrangeait une mort napoléonienne. Alexandre Dumas, cité par Claude Schopp, dans le Testament perdu p. 39

 

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgRobin des Bois et Petit Jean était l’une des pièces de mai préférées des gitans anglais et écossais de l’époque ; comme les gitans, elle avait été officiellement bannie, le parlement écossais décrétant le 20 juin 1555 que « nul ne doit tenir le rôle de Robin des Bois, Petit Jean, l’abbé de Déraison ou la reine de Mai. »
(..) Pour quelle raison avait-elle été interdite ? En partie, manifestement, parce que le sujet lui-même, la défense d’un légendaire hors-la-loi était considéré comme subversif. (…) Robin des Bois, pendant tout le Moyen Âge en Ecosse et en Angleterre, ne fut qu’accessoirement le hors-la-loi dont parla plus tard l’histoire. Avant tout il était une espèce de lutin qui dérivait de l’antique dieu des celtes et saxon de la fertilité ou de la végétation, « l’Homme vert », tandis que dans le folklore populaire, « Robin des Bois » était un surnom interchangeable avec celui de « Robin vert », « Robin du Bois-vert », « Robin-le-bon-compagnon », le Puck du Songe d’une nuit d’été qui, au solstice, préside à la fertilité, à la sexualité et aux épousailles.

La légende de Robin des Bois offrait en pratique un prétexte commode pour réintroduire les rites de fertilité de l’ancien paganisme au sein d’une Grande-Bretagne nominalement chrétienne. Chaque 1er mai, il y avait un festival d’origine païenne. Les rites étaient joués autour du « mât de mai », symbole traditionnel de la déesse archaïque de la sexualité et de la fertilité. A la Saint-Jean, chaque vierge du village devenait métaphoriquement la reine de Mai. Beaucoup d’entre elle étaient conduites dans la forêt où elles recevaient leur initiation sexuelle d’un adolescent jouant le rôle de Robin des Bois ou Robin-le-bon-compagnon, tandis que le frère Tuck, « l’abbé de Déraison », officiait, « bénissant » les couples réunis en une parodie de noces solennelles. En vertu des ces mises en scènes, les frontières séparant la pantomime du rite de la fertilité s’évanouissaient. Le 1er mai était en réalité une journée d’orgie. Neuf mois plus tard, il produisait, à travers les îles Britanniques, sa moisson annuelle d’enfants. Ce fut ces « fils de Robin » que beaucoup de noms de famille tels Robinson, Robertson trouvèrent origine. J’ai lu n° 8935 p. 151-152.

 

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgLes Sinclair n’étaient pas les protecteurs des seuls maçons. Au cours du XVIe siècle, ils s’étaient institués patrons des gitans, qui  » bénéficiaient encore de la faveur et de la protection de la famille Roslin dans le premier quart du XVIIe siècle ». En Ecosse, la législation avait toujours été sévère à leur égard, et sous la Réforme elle le devint plus encore. En 1574, le parlement écossais décréta que tout gitan appréhendé devait être fouetté, marqué au fer rouge à la joue ou à l’oreille, ou bien avoir l’oreille droite coupée. De nouvelles lois, encore plus strictes, furent introduites en 1616. A la fin du XVIIe, les gitans furent déportés en masse vers la Virginie, les Barbades et la Jamaïque. J’ai lu n° 8935 p. 150

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgA la fin du XIVe siècle, cent ans avant Colomb, un autre Sinclair s’embarqua dans un exploit encore plus audacieux. Vers 1395, Sir Henry Sinclair, comte ( ou comme on l’appelle parfois « prince ») d’Orkeney, en compagnie de l’explorateur vénitien Antonio Zeno, tenta la traversée de l’Atlantique. Il est certain qu’il atteignit le Groenland, où le frère de Zeno, lui aussi explorateur, affirmait avoir découvert un monastère en 1391 ; des études récentes suggèrent qu’il pourrait même avoir atteint ce que l’on appela plus tard le Nouveau Monde (2). D’après certains témoignages, des éléments troublants indiquent qu’il avait l’intention de se rendre au Mexique (3). Si c’est exact, cela expliquerait pourquoi Cortès, quand il arriva en 1520, fut identifié par les Aztèques non seulement avec le dieu Quetzacoalt, mais aussi avec un jeune homme blond aux yeux bleus qui, dirent-ils, l’avait précédé il y avait bien longtemps. J’ai lu n° 8935 p. 145

3) L’informateur de Sinclair, un pêcheur, affirmait que vingt-six ans plus tôt, il avait fait naufrage sur une île du Nouveau Monde. Au cours de ses longues années de captivité, il fut conduit au sud, où existait une grande civilisation :  » … ils sont plus civilisés vers le sud-ouest, où le climat est plus doux ; ils ont des cités, des temples pour leurs idoles, dans lesquels ils sacrifient des hommes, qu’ils mangent ensuite. Dans ces contrées, ils connaissent l’or et l’argent ». (Major, op.cit., p. 14). Sinclair avait l’intention de se faire accompagner par ce pêcheur pendant le voyage sur l’Atlantique qu’il projetait. Malheureusement, le pêcheur mourut juste avant le départ.

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgIl d’autres domaines où il n’existe pas la moindre documentation, où des estimations même grossières sont impossibles. On sait que le Temple possédait une flotte considérable – de navires marchands et de guerre – qui opérait non seulement en Méditerranée, mais aussi sur l’Atlantique. Les comptes rendus médiévaux font au passage de nombreuses allusions aux ports du Temple, aux vaisseaux du Temple, aux ressources navales du Temple. Il y a même des documents où sont apposés la signature et le sceau d’officiers de marine appartenant à l’ordre. Et pourtant, aucune sorte d’information détaillée n’a survécu concernant l’activité maritime des templiers. Il n’existe nulle part la moindre indication sur la force de la flotte, ni sur ce qu’elle devint après que l’ordre eut été supprimé. De même, un rapport anglais de la fin du XIIe siècle parle d’une femme reçue dans le Temple en tant que sœur, et semble impliquer tout à fait clairement l’existence d’une antenne féminine. Mais on n’a jamais trouvé de plus net ou plus précis à ce sujet. Même les informations susceptibles de figurer dans les archives de l’Inquisition ont depuis longtemps disparu, ou ont été volontairement détruites. J’ai Lu n° 8935 p. 86

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgAu XIIe et XIIIe siècle, Agen avait été l’un des foyers de l’hérésie cathare ou albigeoise, et des cathares avaient survécu dans la région au moins jusqu’en 1250. Des preuves accablantes montrent que les Templiers avaient été « contaminés », (…) par la pensée cathare, et avaient même donné refuge aux cathares qui fuyaient l’Inquisition*. D’ailleurs l’un des Grands Maîtres les plus influents de l’ordre, Bernard de Blanchefort, était issu d’une très vieille famille cathare. De plus, Agen se trouvait dans le domaine que le Temple possédait en Provence. Entre 1248 et 1250, le Maître de Provence était Roncelin de Fos. Puis, de 1251 à 1253, Roncelin fut Maître d’Angleterre. En 1260, il était reconnu Maître de Provence, et présida en tant que tel jusqu’en 1278. Il est ainsi fort possible que Roncelin ait transplanté certains aspects de l’hérésie cathare de son sol natal en Angleterre. J’ai Lu n° 8935 p. 83

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgAu Portugal, les templiers furent blanchis après enquête et modifièrent simplement leur nom, prenant celui de chevaliers du Christ. Ils survécurent sous ce titre jusque bien avant dans le XVIe siècle, leurs explorations maritimes laissant une marque indélébile dans l’histoire. (Vasco de Gama était un chevalier du Christ ; le prince Henri le Navigateur était Grand Maître de l’Ordre. Les vaisseaux des chevaliers du Christ battaient pavillon de la familière croix pattée rouge. Et ce fut sous cette même croix que les trois caravelles de Colomb traversèrent l’Atlantique pour atteindre le Nouveau Monde. Colomb était lui-même marié à la fille d’un ancien Grand Maître de l’ordre, et avait accès aux cartes et aux carnets de bord de son beau-père.) J’ai Lu n° 8935 p. 79

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpg… le Temple était, à la seule exception de la papauté, la plus importante, la plus puissante, la plus prestigieuse, la plus inébranlable en apparence des institutions de l’époque. Au moment de l’attaque de Philippe, il avait presque deux siècles d’existence et passait pour un des piliers de la chrétienté occidentale. Pour la majorité de ses contemporains, il semblait aussi immuable, aussi durable, aussi éternel que l’église elle-même. Qu’un tel édifice pût être aussi sommairement démoli secouait les fondements sur lesquels reposaient les hypothèses et les certitudes de toute une époque. Ainsi par exemple, dans la Divine Comédie, Dante exprime son émotion et sa compassion pour les  » blancs manteaux  » persécutés. D’ailleurs, la superstition qui tient le vendredi 13 pour un jour de malchance provient, à ce que l’on croit, des rafles lancées par Philippe, le vendredi 13 octobre 1307. J’ai Lu n° 8935 p. 78

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgEn fait on peut se demander si le coup de Philippe fut si inattendu qu’il le croyait, et que les historiens le pensèrent plus tard. Des preuves considérables laissent supposer que les templiers reçurent un avertissement. Peu avant l’attaque, le Grand Maître Jacques de Molay fit apporter un grand nombre des livres de l’ordre et les fit brûler. Un chevalier qui se retira du Temple vers cette époque apprit du trésorier qu’il était extrêmement « avisé », car cette crise était imminente. Un édit officiel circula dans toutes les commanderies françaises, soulignant qu’aucune indication ne devait être livrée sur les rites ou rituels de l’ordre.

En tout cas, que les templiers aient été prévenus ou qu’ils aient simplement senti le vent tourner, certaines décisions furent assurément prises. En premier lieu, nombre de chevaliers s’enfuirent, et comme s’ils en avaient eu l’instruction – nulle part il n’est fait mention de templiers français résistant activement aux sénéchaux du roi. En second lieu on dispose de certaines indications relatives à une fuite organisés par un groupe de chevaliers, dont presque tous étaient associés, d’une façon ou d’une autre, avec le trésorier de l’ordre.

Etant donné ces préparatifs flagrants, il n’est pas étonnant que le trésor du Temple ait disparu, ainsi que presque tous les documents et archives. Interrogé par l’Inquisition, un chevalier révéla que le trésor avaient été transféré de la commanderie de Paris peu avant les arrestations. Le même témoin déclara que le Commandeur de France avait lui aussi quitté la capitale avec cinquante chevaux, et embarqué – il n’existe aucune indication de l’endroit où cela eut lieu – avec dix-huit galères, dont on ne revit jamais aucune. Que cela fût vrai ou non, toute la flotte du Temple semble effectivement avoir filé entre les griffes du roi. On ne possède aucun rapport sur la prise éventuelle d’un des vaisseaux de l’ordre – pas seulement à l’époque, mais jusqu’à maintenant. Au contraire, les navires semblent s’être complètement volatilisés, en même temps que ce qu’ils transportaient. J’ai Lu n° 8935 p. 76

Michael Baigent / Richard Leigh : Des Templiers aux Francs-maçons

57259maons.jpgQuand on entrait dans le Temple, on abandonnait véritablement son identité, on se subsumait à l’ordre. L’image rigide et nue du glaive (sur la tombe) était supposée rendre témoignage de la piété et de l’abnégation ascétique qui régnaient au sein de l’ordre. J’ai Lu n° 8935 p. 26

… les templiers possédaient une flotte substantielle qui ne fut jamais découverte par leurs persécuteurs d’Europe. J’ai Lu n° 8935 p. 28

Nmachi

58115nmachi.jpgNmachi (beauté de dieu) est venue au monde, à Londres, avec la peau blanche, les yeux bleus et les cheveux blonds.

Ses parents, Angela et Ben Ihegboro, originaires du Nigéria, sont noirs, tout comme leurs deux premiers enfants. Ils sont certains de n’avoir aucun ancêtre blanc.

Après vérification, il s’avère que Ben est bien son père et que Nmachi n’est pas albinos.

Un pied de nez de la nature aux racistes de tout poil.

Qui dit vrai ?

C’est une affaire entendue : le tabagisme passif est mauvais pour la . Depuis le 1er janvier 2008 et l’entrée en vigueur du décret interdisant la cigarette dans les lieux publics, la question ne déchaîne plus les passions. Et pourtant : alors que le monde célèbre aujourd’hui la Journée mondiale sans tabac, un spécialiste respecté ose rouvrir le débat.
Tenu au « devoir de réserve » quand il dirigeait l’une des plus grandes facultés de médecine de , le pneumologue Philippe Even, désormais à la retraite, exprime pour la première fois publiquement ses doutes sur la nocivité réelle du tabagisme passif. « Les preuves scientifiques n’existent pas », assène celui qui fut membre du premier Comité antitabac formé par Mitterrand en 1981.
En , les études exhaustives sur le sujet sont rares. En 1997, l’académie de médecine publie un premier rapport sur la question et conclut que le tabagisme passif est à l’origine chaque année d’une « centaine de cas » de cancers, et de 2 500 à 3 000 décès liés à des maladies cardiovasculaires. Problème : l’académie n’a fait que transposer à la France des données issues d’études étrangères, dont le pneumologue conteste la « précision ». En 2006, un rapport européen semble clore le débat : la France compte 5863 décès par an dus à la fumée passive. Mais cette fois, c’est la méthodologie qui est critiquée et les chiffres « réels » s’effondrent.
S’il est isolé dans son combat, Philippe Even n’est pas seul. Depuis plusieurs années, le tabacologue Robert Molimard dénonce une « lutte contre le tabagisme qui se transforme en lutte contre les fumeurs ». Le médecin et député (UMP) Bernard Debré, un proche de Philippe Even, est plus nuancé. « Le doute suffit à justifier l’interdiction », assure-t-il. Quant aux associations antitabac, elles réfutent en bloc ces accusations. Et clament qu’aujourd’hui, ne serait-ce que par confort, personne — y compris les fumeurs — ne souhaiterait revenir en arrière. A une époque où il était encore possible de fumer une cigarette dans les cafés ou les restaurants.

openspach |
CFDT SNCF Languedoc Roussillon |
Marc Champel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | souvenirsdelecolejeanmoulin
| CUIRS AUX BANQUES
| ART DE DEPLAIRE